Connectez-vous avec nous

Actu

De Nihal à Chaima : « Protégez-nous, défendez notre innocence ! »

Publié

le

De Nihal à Chaima : "Protégez-nous, défendez notre innocence !"

Vous vous rappelez certainement de moi ! Je m’appelais Nihal, et j’avais 4 ans. Je suis partie en vacances d’Oran à At Wassif, d’où je suis originaire, avec mes parents.

Le 21 juillet 2016, des méchants m’ont enlevée et tuée, mon corps a été retrouvé 10 jours plus tard. La police, la gendarmerie et les autorités de ce que je croyais être mon pays n’ont rien fait pour me retrouver vivante et me protéger.

En ce 4 octobre 2020, je viens d’avoir une visite, de la compagnie plutôt. Et voilà que Chaima me rejoint dans mon paradis, paradis des enfants martyrisés d’Algérie. Chaima avait 19 ans et elle vient d’arriver chez moi. Elle ne peut parler, elle se repose. Chaima était une adolescente de Réghaïa, à l’est d’Alger. Le méchant qui l’a tuée, elle le connaissait, il a tenté de la violer 4 ans auparavant et comme elle a eu le courage de le dénoncer, il s’est juré vengeance. Et voilà qu’en cet octobre noir, son agresseur en liberté réussis à la kidnapper, à la violer et à la brûler vivante. Le corps carbonisé de Chaima a été trouvé dans une station-service, à Thenia (Boumerdès).

Lire : Chaima a été kidnappée, violée et brûlée par son bourreau

Voici nos histoires à 4 ans d’intervalle et à 100 km de distance. Voici nos histoires dans le pays qui a donné naissance à la reine Dihya, à la guerrière Fadhma N Soumeur à la maquisarde Djamila Bouhired et à la militante Nabila Djahnine. Voici le sort réservé à nos corps chétifs, à nos rêves d’enfants et à notre droit à la vie. Nos histoires, c’est un peu l’histoire de notre pays, un pays qui ne protège pas ses enfants, un pays qui ne garantis pas la vie à ses habitants et la liberté à ses filles.

Dans notre pays, les islamistes se sont accaparés de l’école, les délinquants de la rue et les voyous du pouvoir. Dans notre pays, la justice est aux ordres et les puissants se font justice. Dans mon pays, la mort est banale, le viol normal et le machisme halal. Dans mon pays, on peut être emprisonné pour avoir osé un droit, on peut être violé pour avoir refusé un voile et carbonisé pour être simplement femme. Après une décennie de terrorisme et 200 000 morts, on tue encore des enfants en Algérie.

Lire : Violée, égorgée et brûlée : justice pour Chaima

Du haut de notre ciel, moi Nihal et Chaima, et au nom de tous les enfants martyrisés, nous vous demandons d’agir pour protéger vos enfants. Ne vous demandons de revoir l’école afin qu’elle forme des citoyens, d’éduquer les garçons afin qu’ils apprennent l’égalité et construire une justice afin de protéger les plus fragiles.

Nous vous demandons de consacrer la liberté et le droit. Nous vous demandons de refaire le pays. Notre mort ne doit pas passer inaperçu et l’infanticide ne doit pas devenir une banalité. Un pays qui assiste à l’assassinat de ses enfants est un pays qui assassine son avenir.

Courage à nos parents qui ne verront plus nos sourires, longue vie aux enfants du monde. Nous, nous vous aimons, nous vous regardons.

Ahviv Mekdam

1 Commentaire
S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Fadila S
Fadila S
1 année plus tôt

Ces 2 destins tragiques sont émouvants. Reposez en paix dans un monde parfait. Sur terre hélas, les prédateurs impunis sont nombreux, ils assassinent des enfants innocents, des êtres humains, ils incendient les forêts tuant des végétaux et des animaux par milliers, ils n’ont ni conscience ni science et c’est sûr, Dieu leur réserve un châtiment à la hauteur de leur actions maléfiques et sataniques.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

1
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x