Connectez-vous avec nous

Actu

Le comité pour la libération de Khaled Drareni interpelle France 24

Publié

le

Le comité pour la libération de Khaled Drareni interpelle France 24

Le Comité pour la libération du journaliste Khaled Drareni a interpellé la chaîne France 24 concernant la couverture du procès et les commentaires tenus par la correspondante à Alger, Soundousse Brahimi. Document

Déontologie dites-vous ?

Bonjour,

Nous, comité #sme3na pour la libération du journaliste Khaled Drareni, tenons à saisir votre chaîne France 24 au sujet d’un duplex avec l’une de vos correspondantes à Alger, Soundousse Brahimi, qui a suscité la colère et l’indignation d’une partie de la corporation de journalistes algériens.

À la question de la journaliste en plateau : « Quel est le signal envoyé à la presse algérienne », après l’annonce du verdict condamnant notre confrère à deux ans de prison ferme, la correspondante répond :

« Il n’y a pas de signal parce que Khaled Drareni n’a pas été jugé comme étant un journaliste. Khaled Drareni a été jugé comme étant un activiste qui a pris part avec certains organismes. C’est la version officielle et ce qu’on lui reproche ».

Lire : Le journaliste Khaled Drareni condamné en appel à 2 ans de prison ferme

Et de poursuivre : « Comme il n’a pas été jugé comme étant un journaliste mais comme étant un activiste qui a oublié la charte et la déontologie des journalistes et de son métier,c’est pour cela qu’on ne peut pas parler de signal à Alger »

Notre comité, constitué majoritairement de journalistes, se permet d’émettre de sérieux doutes concernant la déontologie, l’éthique et le professionnalisme de votre correspondante qui n’a pas assisté au procès ni au verdict et qui apparaît pleine de certitudes concernant une affaire qu’elle n’a visiblement pas suivi.

Nous vous rappelons que notre confrère Khaled Drareni a été arrêté dans le cadre de l’exercice de ses fonctions et la couverture d’une manifestation pacifique le 7 mars dernier.

Lire : Les experts de l’ONU appellent à libérer Khaled Drareni

Ceux qui ont assisté au procès ont pu rapporter que les questions du juge ont exclusivement été liées à son métier de journaliste.

Nous tenons à réaffirmer en l’occasion les qualités professionnelles et journalistiques de Khaled Drareni. Celles-ci sont reconnues à travers tous les médias où il intervenait régulièrement, dont le vôtre France 24.

Pour ce qui est du signal que votre correspondante semble ignorer, nous vous rappelons que votre ancien correspondant Moncef Ait Kaci avait lui même été arrêté le 28 juillet dernier et placé en détention provisoire et que vous vous êtes mobilisés pour lui pour qu’il soit libéré. De surcroît, la corporation et l’opinion publique ont exprimé leur désarroi et leur colère devant cette injustice.

L’intervention scandaleuse de votre correspondante Soundousse Brahimi est encore plus choquante à l’heure où des médias et des journalistes partout dans le monde affichent leur solidarité avec un confrère condamné pour avoir exercé son métier.

Enfin, le comité tiens à mettre en garde contre la propagande du pouvoir qui vise à justifier la condamnation scandaleuse de Khaled Drareni.

Comité pour la libération du journaliste Khaled Drareni

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x