Connectez-vous avec nous

Actu

Le gouvernement plombe les pensions minimales de retraite et d’invalidité

La Rédaction

Publié

le

Le gouvernement plombe les pensions minimales de retraite et d'invalidité

Le gouvernement a fixé le montant du salaire mensuel de référence à 18 000 DA, ce qui plombe les pensions minimales de retraite et d’invalidité. Explication.

L’une des principales fonctions du salaire minimum garanti est de protéger les travailleurs, les invalides, les retraités et les allocataires contre des revenus excessivement bas.

C’est par le biais de ce levier, entre autres, que les États agissent pour lutter contre la pauvreté et contre les inégalités en assurant un partage juste et équitable des richesses nationales grâce à un revenu minimal pour tous les salariés, les invalides et les retraités.

Lire : Complexe agro-alimentaire d’El-Kseur (CAA, ex-CCB) : licenciement massif des travailleurs

En Algérie, la loi en vigueur jusqu’à il y a quelque mois a fixé à 75% du montant du SNMG le montant des pensions minimales d’invalidité et de retraite. Ce qui équivalait à 13 500 DA correspondant à un SNMG égal à 18 000 DA.

La loi de finances complémentaire pour 2020 a augmenté le SNMG de 18 000 DA à 20 000 DA et tous les pensionnés au minima s’attendaient à ce que leur revenu mensuel augmente de 13 500 à 15 000 DA (75% de 20 000 DA).

Seulement, cette même loi de finances a stipulé que « les revenus indexés au salaire national minimum garanti sont calculés sur la base d’un salaire de référence » dont « le montant est fixé par voie réglementaire ».

Lire :  Voila pourquoi le hirak des travailleurs ne peut être celui de l’oligarchie qui revient en force

Par Décret exécutif n° 20-240 du 31 août 2020, publié dans le dernier Journal Officiel (n° 52), le gouvernement vient de fixer le montant de ce salaire mensuel de référence à 18 000 DA.

Ce qui veut dire concrètement que tous les salaires ou rentes qui étaient indexés sur le SNMG ne connaitront aucune augmentation.

Si cette désindexation du SNMG de la rémunération des cadres dirigeants des entreprises et les cadres supérieurs de l’État et des pensions des moudjahidine (dont la pension minimale était fixée à 2.5 fois le SNMG) est un acte d’équité et de justice sociale, ce n’est nullement le cas pour les invalides et pour les retraités qui verront leur modique pension minimale toujours maintenue à 13 500 DA par mois.

L’État doit impérativement corriger cette décision irréfléchie et injuste qui va impacter négativement la vie de plus d’un million de modestes algériens sans compter leurs familles.

Nouredine Bouderba

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x