Connectez-vous avec nous

Actu

Khaled Drareni : une condamnation injuste et grave

Publié

le

Le procureur requiert 4 années de prison contre le journaliste Khaled Drareni

Alors que plusieurs journalistes (Abdelhaï Abdessamai, Abdelkrim Zeghileche…) croupissent dans les geôles du pouvoir, la condamnation aujourd’hui de Khaled Drareni, à 3 ans de prison ferme est une insupportable injustice et une grave atteinte à la liberté de la presse qui est la première des libertés publiques.

Cette condamnation de Khaled Drareni, ajoutée aux arrestations arbitraires et quotidiennes visant des innocents, constitue un nouveau glissement vers la tyrannie dans sa forme la plus ignoble.

Ces dernières semaines, le peuple algérien subit toutes sortes de supplices. Rien ne lui a été épargné : pandémie, incendies, pénuries d’eau, séisme, chômage galopant, reprise des opérations Haragas, misère sociale et morale…

Lire : Communiqué dénonciation : solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak

Fidèle à son cynisme et à son indifférence face à la détresse du peuple, le pouvoir défaillant poursuit sa politique de répression brutale et accentue le recours aux méthodes de police politique (brouiller les cartes, semer la discorde entre les Algériens, brandir les menaces de l’étranger, complots imaginaires…).

L’Algérie qui a été rêvée par les martyrs, n’est certainement pas celle de ces centaines de milliers de jeunes Haragas, pour lesquels risquer sa vie est la seule possibilité de se réaliser.
La magistrate qui a condamné Drareni a accepté d’envoyer un innocent en prison. Elle vient d’ajouter son nom à la grande pyramide des complicités de la politique arbitraire mise en place depuis l’indépendance.

Aujourd’hui, ces magistrats condamnent sans se soucier du sort des personnes et des souffrances humaines engendrées sur des familles entières. Ils jugent et se dérobent de leurs responsabilité en cherchant à s’effacer derrière l’ impersonnalité de leur jugement. Pour eux, l’inscription de leurs actes dans le temps n’a pas de sens. Énorme est leur erreur !
Demain ils ne pourront pas se dérober de leurs responsabilités. Le tribunal de l’histoire ne les épargnera pas.

Comme dirait le philosophe Alexandre Kojev, « l’histoire du monde est le tribunal du monde ». Solidarité totale avec Drareni et tous les détenus d’opinion. Pensées fraternelles à eux et toutes leurs familles.

Abbes Hamadene

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x