Connectez-vous avec nous

Actu

Affaire Squarcini : la justice française a élargi son enquête après une plainte de Ruffin

La Rédaction

Publié

le

Affaire Squarcini : la justice française a élargi son enquête après une plainte de Ruffin

La justice française a élargi en octobre 2019 son enquête ouverte notamment pour trafic d’influence visant l’ex-patron du renseignement Bernard Squarcini à des faits de « vol » après une plainte de François Ruffin et du journal Fakir, a appris l’AFP qui cite une source proche du dossier.

Le parquet de Paris a délivré le 9 octobre 2019 un réquisitoire supplétif permettant aux deux juges d’instruction déjà chargés des investigations sur l’affaire Squarcini d’enquêter également sur ces faits de « vol » et « recel de vol », selon cette source, confirmant des informations de l’Obs et de Mediapart.

Ce réquisitoire a été délivré après que le député Insoumis François Ruffin et l’association Fakir, qui publiait le journal du même nom, se sont constitués partie civile en juin de la même année dans cette enquête.

Lire : France : un homme menace des policiers avec une hache à Lyon

Selon des éléments du dossier dont l’AFP a eu connaissance, la défense de M. Ruffin dénonçait la « surveillance » dont il aurait été l’objet « pendant près de trois ans » par M. Squarcini à la demande du groupe de luxe LVMH, qui a été révélée par Mediapart.

A l’époque, François Ruffin n’était pas encore député de La France Insoumise mais un journaliste et documentariste engagé. Il travaillait sur le tournage de « Merci Patron », film satirique sur le leader mondial du luxe, qui a été récompensé en 2017 par le César du meilleur documentaire.

Dans sa plainte, M. Ruffin observait qu’un des mis en examen dans l’affaire Squarcini avait indiqué aux policiers en 2016 « avoir travaillé avec une « taupe+ qui aurait +fait les poubelles de Fakir ou piqué des documents » ».

Par ailleurs, Mediapart a mis en ligne dimanche des écoutes présentées comme émanant de la ligne téléphonique de M. Squarcini, effectuées en 2013 par les enquêteurs mais qui n’auraient pas été retranscrites par ces derniers.

Elles relatent comment M. Squarcini aurait activé ses anciens contacts du renseignement et utilisé les services d’un cabinet privé pour infiltrer une « taupe » chez Fakir afin d’empêcher l’irruption de M. Ruffin et de plusieurs autres membres du journal dans une assemblée générale de LVMH à Paris en avril 2013.

Contacté par l’AFP, l’avocat de M. Squarcini n’a pas répondu.

Bernard Squarcini, un proche de Nicolas Sarkozy passé dans le conseil en sécurité après avoir été évincé par François Hollande de la tête du renseignement intérieur (DCRI, devenue DGSI), est mis en examen depuis septembre 2016 pour de multiples délits présumés, dont du trafic d’influence et du détournement de fonds publics, qui auraient été commis depuis sa reconversion dans le privé.

Dans cette enquête à tiroirs, celui qui est surnommé « le Squale » est soupçonné d’avoir sollicité d’anciens subordonnés de la DCRI pour obtenir des éléments d’enquête, notamment sur l’intermédiaire Ziad Takieddine ou sur l’affaire Cahuzac.

Il est aussi soupçonné d’avoir usé de son influence pour accélérer des démarches administratives au profit du patron de LVMH Bernard Arnault et son entourage.

Cinq autres personnes sont aussi poursuivies dans ce dossier, dont l’ancien patron de la police judiciaire parisienne Christian Flaesch, l’ancien magistrat Laurent Marcadier, un ancien commissaire de police devenu salarié de LVMH et un policier de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x