Connectez-vous avec nous

Actu

Les télégraphistes du Prince, par Saïd Sadi

Publié

le

Les télégraphistes du Prince, par Saïd Sadi

Une information a été diversement commentée ces deux dernières semaines. Il s’agit de l’annonce de la libération imminente de deux détenus politiques, voire plus, susurrent ces « sources bien informées ».

En attendant d’en connaître les dessous politiques, car il y en a nécessairement, cette nouvelle mérite d’être analysée posément dans la mesure où elle renseigne sur les intentions prochaines du pouvoir tout en confirmant un certain état d’esprit qui sévit toujours dans une partie de l’opinion publique.

Commençons par le fait que des satellites du régime s’autorisent à révéler, avant que la justice ait statué, l’élargissement des citoyens privés de liberté pour avoir émis une opinion jugée non conforme à la doxa officielle dans leur pays. On n’évoquera pas ici le contenu de ces opinions qui appartiennent à leurs auteurs pour rester sur le strict registre procédural.

Lire : « Tebboune userait de ses prérogatives » pour libérer Tabbou et Belarbi, selon Soufiane Djilali

La fin d’une détention arbitraire est présentée comme un signe d’apaisement sinon un acte de générosité, ce qui suggère que ces détenus ont mérité leur emprisonnement. Cette structure mentale dévoile une méthode de gouvernance qui en dit long sur la conception de la citoyenneté que se font les détenteurs du pouvoir.

Pour bien illustrer la permanence de la mécanique infernale qui transforme le bourreau en bienfaiteur en Algérie, il n’est peut être pas inutile de rapporter cette anecdote. Nous sommes le 7 avril 1987. Arrêtés lors de la création de la Ligue algérienne des Droits de l’Homme en 1985, nous avions été répartis sur plusieurs établissements carcéraux du pays. Personnellement, je venais d’être transféré du pénitencier de Lambèse à la maison centrale d’El Harrach. Je faisais partie du groupe des membres fondateurs condamnés à trois ans de prison. Ce jour là, un gardien vint me dire que j’étais attendu dans le bloc administratif. Une fois sur place, je me trouvai devant le directeur, un homme originaire de Larbâa Ait Douala qui ne dira pas un mot pendant les dix minutes de l’entretien. Il était flanqué d’un malabar soigneusement habillé et qui se présenta comme un fonctionnaire des services de sécurité ; en fait un officier de la sécurité militaire. Après un laïus destiné à tester le moral de la proie, l’homme m’annonça que le président Chadli avait décidé de me « faire cadeau de 14 mois de liberté ». Je venais de passer 22 mois en détention. Voici ma réponse : « C’est une manière de voir les choses. En tant que citoyen détenu injustement, je pense qu’il m’a plutôt privé de 22 mois de liberté ».

Lire également : Soufiane Djilali : Karim Tabbou et Samir Belarbi bientôt en « liberté »

On notera que ce n’était pas un agent du ministère de la justice qui était venu me signifier ma libération mais un membre de la police politique. Est-il déraisonnable de penser qu’il en est toujours de même aujourd’hui ?

Ce rappel est destiné à témoigner du fait que la justice perverse, celle qui légitime la violence et le crime, est une vieille affaire en Algérie. Pour les potentats du système militaro-policier et leur cour, la vie du citoyen dépend de la magnanimité du prince. Les ambassadeurs qui relaient cet arbitraire n’ont d’ailleurs pas forcément conscience qu’en jouant les télégraphistes des despotes, ils cultivent et perpétuent la pratique de l’abus. Pour le courtisan, l’Algérien détenu illégalement n’a droit ni à des excuses ni à des réparations dès lors qu’il a osé défier l’autorité toute puissante. Ne dit-on pas dans le langage populaire Ddewla am Ṛebbi, le pouvoir est tel une divinité.

Passe encore que des responsables politiques ayant macéré leur vie durant dans le monde étouffé et étouffant de la décision occulte se persuadent qu’ils ont le droit et même le devoir de violer les lois qu’ils ont faites pour domestiquer un « peuple immature ». Ce qui est préoccupant pour l’avenir immédiat du pays, c’est de voir une partie de l’opinion accepter de loger dans les rangs de l’opposition des acteurs qui assurent le service après vente d’archaïsmes politiques dignes du moyen âge. Il faut bien se rendre à l’évidence : la mentalité féodale prospère au delà des sphères du régime.

Abordons maintenant brièvement l’aspect formel de cette décision. Un chef d’Etat dispose du droit de grâce qu’il peut exercer une fois la condamnation prononcée. Il ne peut en aucune manière interférer dans une action de justice en cours, ce qui est le cas en l’occurrence. Jusqu’à présent, le Syndicat national de la magistrature n’a pas émis la moindre protestation contre cette pantalonnade. L’institution judiciaire n’avait pas besoin d’une démonstration aussi grotesque pour mériter son surnom de scribe d’ordres téléphonés.

Cette affaire nous amène à un autre constat, encore plus problématique et sur lequel il ne faudra pas se lasser d’insister. Ces dernières semaines, les mentors qataris dont les disciples tunisiens viennent de provoquer une crise parlementaire* dans leur pays, redoublent de férocité sur la scène algérienne. Ils mobilisent argent et logistique médiatique pour réduire et stériliser le débat national. En diabolisant les éléments fondateurs de tout projet démocratique comme l’indépendance de la justice, l’égalité des sexes, le respect des minorités, la liberté de culte… ils minent une révolution déjà mise à mal par la pandémie du covid 19.

C’est parce que ces fondamentaux ont été reniés par la trahison des principes de la Soummam commise au Caire en 1957 au nom de la nécessité de se liguer contre le colonialisme, que nous en sommes à expliquer en 2020 que les Drareni, Tabou, Belarbi et tant d’autres n’ont rien à faire en prison. L’Histoire a vérifié sous tous les cieux une équation intangible : appétits carriéristes + courte vue = hypothèque de la démocratie.

Plus que jamais l’esprit de la Soummam qui a assumé l’universalité est à l’ordre du jour. Ceux qui y souscrivent œuvrent à la perspective démocratique ; ceux qui l’esquivent, l’occultent, s’y opposent ou pire le polluent travaillent objectivement au maintien du statu quo militaire ou à l’avènement de son duplicata théocratique. L’alternative est en effet aussi simple que cela : c’est la Soummam ou la dictature, militaire ou théocratique. Tout le reste est mercantilisme opportuniste.

* Le président de l’assemblée nationale tunisienne, l’islamiste Rached Ghannouci, affidé de l’axe Doha-Ankara – qui pilote et finance aussi le segment des frères musulmans algériens – s’est engagé en faveur des relais de ses tuteurs en Libye à savoir le gouvernement de Fayez Al Saraj. Cette implication est contraire à la position de l’Etat tunisien qui tient à garder une relative neutralité dans le conflit qui déchire son voisin de l’est. L’inféodation de Ghannouchi a soulevé une bronca parmi les députés, ce qui l’a mis à mal y compris avec les alliés qui l’avaient aidé à constituer une majorité parlementaire.

NB : Il m’arrive de lire ici des messages récurrents inspirés par plus ou moins de bonne foi me demandant de fournir des solutions immédiatement applicables. Le vrai militant sait que chaque mot permettant de mieux comprendre les enjeux ou aidant à construire un combat est une clé qui ouvre les portes de la solution citoyenne.

Le 07 juin 2020

2 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Mohamed Nassim Bouhedli
Mohamed Nassim Bouhedli
2 mois plus tôt

Le régime algérien mafieux est psychopathe et sociopathe !
Les caractéristiques du régime algérien mafieux !
Les milliardaires mafieux !
L’administration mafieuse !
La police mafieuse !
Ect….
 

Mellah hocine
Mellah hocine
2 mois plus tôt

Toujours et comme de coutume , Said Sadi , le troubadour de la politique , répond en des termes ciselés à tout ce gribouillage politicien qui émane d’une source , pas tout à fait saine, sur des pratiques politiciennes d’un régime qui se régénère avec toutes ses pratiques sordides d’un autre temps. Said Sadi en véritable elaireur et éclairant nous ouvrent les yeux sur ce paysage politique vicié par un pouvoir dépassé et calciné .
 

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

2
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x