Connectez-vous avec nous

Actu

Le message d’espoir de Karim Tabbou de la prison de Koléa

Publié

le

Le message d'espoir de Karim Tabbou de la prison de Koléa

Le détenu politique, coordinateur de l’Union démocratique et sociale (UDS), Karim Tabbou, incarcéré à la prison de Koléa, dans la wilaya de Tipasa, a délivré hier un message d’espoir rendu public par son frère Djaffar.

« Celui qui va doucement arrive sûrement. Des jours meilleurs nous y approchons de plus en plus même si parfois les chemins de liberté sont semés d’obstacles et de difficultés. Nous devons garder l’espoir. Ensemble, nous y arriverons », écrit Karim Tabbou dans son message à partir de la prison de Koléa.

Lire : « Tebboune userait de ses prérogatives » pour libérer Tabbou et Belarbi, selon Soufiane Djilali

« Ce sont des jours qui nous apporterons de nouvelles sensations. Des senteurs de liberté qui dissiperont toutes cette puanteur d’un régime finissant et en décomposition », lit-on dans ce message d’espoir de Karim Tabbou.

Aussi, pour le coordinateur de l’UDS, « ces jours permettront aussi un tri salutaire entre les vrais et les faux militants » et il serait « impératif que soient distingués les hommes et les femmes de conviction de ces opportunistes combinards ». Des « opportunistes » et « otages de leurs appétits », « irrésistibles à l’attrait de la mangeoire » qui, dit-il, constitue « une nouvelle génération d’opportunistes, des marionnettes politiques prêts à tous les emplois ».

Lire : Karim Tabbou : deux procès pour les mêmes faits !

La « vraie nouvelle Algérie pour laquelle nous nous battons » doit être « inclusive de toutes les représentations politiques et sociales réelles, respecte le suffrage universel et le principe de l’alternance au pouvoir, respecte l’exercice de toutes les libertés et donne la prime au droit », écrit encore Karim Tabbou.

Pour lui, « une vraie nouvelle Algérie est celle qui donne envie à chacun de nous de s’impliquer dans la construction d’un avenir commun », « qui s’interdit l’emprisonnement des journalistes, des militants, des syndicalistes… » et « qui met toutes et tous sous l’autorité de droit ».

Pour rappel, selon Soufiane Djilali de Jil Jadid, le président Tebboune lui aurait promis « qu’il userait de ses prérogatives constitutionnelles pour que Karim Tabbou et Samir Belarbi retrouvent leur liberté ».

I. F.

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x