Connectez-vous avec nous

Actu

Un match de barrage : le Coronavirus versus le monde occidental

Publié

le

Coronavirus USA monde occidental

Qui parmi nous aurait pensé, ne serait-ce qu’un instant, qu’un aussi microscopique microbe parviendrait ainsi à créer cette situation de pandémie ayant complètement chamboulé l’ordre établi à l’échelle planétaire ?

Aucun de nous, autres esprits sensés, ne se serait aventuré à pronostiquer pareil dysfonctionnement dans les systèmes sanitaires censés être mis en place par l’ensemble des Etats, leur permettant de préserver, toute proportion gardée, la santé des populations en prévision de toute forme d’invasion microbiologique.

Subitement, et sans se faire inviter, le Coronavirus est parmi nous. Il est imprévisible, incolore et inodore. Il se promène à sa guise. Il élit domicile là où certaines conditions s’y prêtent.

Lire : Coronavirus : la France passe la barre des 20 000 morts, 547 décès en 24h

Il ne choisit nullement sa cible, il n’a aucune préférence. Ses victimes se comptent par milliers et il ne dédaigne sans doute pas d’aller frapper à la porte du pauvre que du plus nantis, du médecin qui le combat et de l’homme politique qui le sous-estime.

Doté d’une force de frappe phénoménale pour avoir surpris plus d’un dans un « Wait and See » impardonnable, en pensant que ce qui arrive aux autres ne peut en aucun cas les atteindre.

La fulgurante avancée de sa propagation a non seulement déstabilisé les Etats mais a néanmoins réduit à néant la capacité de réaction même des plus puissants de ce monde qui se croyaient être à l’abri.

Nous sommes en train de vivre une situation inédite dans l’histoire de l’humanité, dans la mesure où ce que nous croyions jadis comme valeur universelle au bien-être de l’humanité, nous parait en ce temps de coronavirus en une utopique illusion.

J’ai fait mention dans un article que le coronavirus s’est autorisé à nous faire « dévoiler le fond de la marmite » mettant ainsi à nu toutes les présuppositions, le niveau du développement technologique atteint et les mythes construits autour des pays de l’Occident d’une manière générale.

Ces puissances, que l’on considérait dans un passé pas lointain au-dessus de la mêlée par rapport au reste du monde, nous révélèrent leur véritable nature qui n’a rien à envier aux corsaires et autres contrebandiers des hautes mers.

Nous assistons en ce IIIe millénaire à cette forme « d’arraisonnement corsé » opéré par certains Etats qui saisissent et détournent à leur profit des embarcations à destination d’autres pays portant livraison de médicaments et autres moyens de protection contre le virus.

Si l’on en croit certaines sources qui en ont fait état, il y a eu un véritable forcing exercé sur plus vulnérable que soi par les Etats-Unis d’Amériques qui ne se sont pas priés pour monnayer l’enchère au triple du prix des cargaisons en les détournant ensuite à leur profit.

Une autre cargaison à destination de l’Espagne cette fois encore avait fait l’objet d’interception par la marine turque qui, au dernier moment, s’en est ravisée.

Ce qui n’a pas été le cas pour l’Italie qui a vu sa cargaison de médicaments, de masques et de respirateurs détournée selon le journal local « Hospodarské Noviny », « le matériel détourné en début de semaine a déjà été distribué aux hôpitaux tchèques ».

Cette lutte pour la survie est un réflexe humainement primaire certes, mais que l’on ne s’attendait nullement à voir reproduit aujourd’hui, supposé être empreint d’humanisme et d’entraide dans un monde technologiquement avancé.

Ce que nous pouvons constater, par suite de cette pandémie, c’est que la « solidarité internationale » tant galvaudée est un terme vide de sens, contrairement à l’égoïsme.

En tout état de cause, le mal que nous souhaitons aux pays du Maghreb et d’Afrique particulièrement, est de saisir cette opportunité pour que des efforts louables soient soutenus en matière de santé au seul profit des populations.

Par ailleurs, il faudrait donner accès à l’investissement dans des projets d’envergure, encourager un enseignement de qualité, développer et promouvoir le secteur de la recherche scientifique dans un espace de liberté et de démocratie sociale car aucun pays ne peut se targuer d’être à l’abri de telles situations et/ou pires dans un futur proche s’il n’est pas suffisamment outillé.
Rezki Djerroudi

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x