Connectez-vous avec nous

Actu

Sida en Algérie : les malades recevront les médicaments chez eux

Avatar photo

Publié

le

Sida Algérie VIH médicaments chez eux

L’approvisionnement en médicaments des personnes atteintes de Sida en Algérie est assuré par ambulances ou via les applications de VTC (voiture de transport avec chauffeur).

Les malades du Sida en Algérie recevront leurs médicaments chez eux et ne sont pas obligés de se déplacer car ils doivent être protégés des effets du Covid-19, a indiqué Fatma-Zohra Zemit, infectiologue à l’Etablissement hospitalier spécialisé (EHS) des maladies infectieuses « El-Hadi Flici » (ex-El-Kettar).

Dans le cadre de cette initiative, il a été convenu avec les spécialistes des maladies infectieuses des autres établissements hospitaliers, particulièrement ceux situés à la périphérie d’Alger d’assurer « la livraison des médicaments aux sidéens par ambulance, pour ce qui est de la capitale et des wilayas limitrophes », a déclaré le Dr Zemit à l’APS.

Lire : L’ONU s’inquiète de la pénurie de… préservatifs !

Pour les malades porteurs du VIH habitant des régions éloignées, les médicaments sont livrés via les moyens de transport utilisant les nouvelles applications.

Les 3 000 malades du Sida en Algérie sont approvisionnés en médicaments pour une période de trois (03 mois), après vérification de leurs adresses, en collaboration avec les associations activant dans le domaine et la pharmacie de l’hôpital d’El Kettar, selon la spécialiste qui précise que le recours à cette nouvelle formule visait à éviter aux malades le déplacement suite au confinement instauré dans plusieurs wilayas en raison de la propagation du Covid-19.

1 Commentaire
S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Mellah hocine
Mellah hocine
2 années plus tôt

Notre société est elle capable d’accepter cette application ? Les us et coutumes , l’éducation et le relationnel sont des facteurs à même de bloquer une telle initiative. Le voisinage, le  » qu’en dira t’on  » représentent un lourd fardeau pour ces cas qui voudraient garder l’anonymat.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

1
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x