Connectez-vous avec nous

Actu

Brahim Laalami relaxé par le tribunal de Bordj Bou Arréridj

Publié

le

Bordj Bou-Arréridj : tentative d'agression contre Brahim Laalami

Brahim Laalami a été relaxé par le tribunal de Bordj Bou Arréridj. 14 autres coaccusés ont également été relaxés, a indiqué le Comité national pour la libération des détenus d’opinion.

« Relaxe pour Laalami Chems Eddine dit Brahim. Il quitte la prison ce soir », a annoncé le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook. Le CNLD ajoute que le procureur « avait requis un an de prison ferme ce matin ».

Lire : Brahim Lalami a été torturé au commissariat de Bordj

Les 14 autres personnes qui comparaissaient avec lui devant le tribunal de Bordj Bou Arreridj, au sud-est d’Alger, ont toutes été relaxées, a précisé Kaci Tansaout, porte-parole du CNLD.

Détenu depuis le 21 novembre 2019, Brahim Laalami était poursuivi pour « incitation à attroupement non armé », selon un de ses avocats, Me Mounir Gharbi.

A lire : Brahim Lalami n’a pas subi de maltraitances, se défend la Justice

Ce jeune tailleur était sorti seul à Bordj Bou Arreridj le 13 février 2019 avec une grande pancarte contre la candidature à un 5e mandat du président d’alors, Abdelaziz Bouteflika.

Neuf jours après, éclatait le « hirak », un soulèvement populaire pacifique sans précédent en Algérie qui a ébranlé le pouvoir, entraînant notamment la démission de M. Bouteflika il y a un an, jusqu’à la récente suspension du mouvement à cause de la pandémie de Covid-19.

La crise sanitaire n’a pas empêché la justice de condamner ou placer en détention provisoire des militants du « Hirak » et des journalistes proches de la contestation ces dernières semaines.

A lire : Condamnation de Karim Tabbou : « L’heure est grave », estime le CNLD

Le 6 avril, Abdelouahab Fersaoui, président du Rassemblement-Actions-Jeunesse (RAJ), une association citoyenne à la pointe du mouvement de protestation, a écopé d’un an de prison ferme pour « atteinte à l’intégrité du territoire national ».

Le 1er avril, le président Abdelmadjid Tebboune a gracié plus de 5.000 prisonniers. Mais cette mesure de clémence n’a bénéficié à aucun des détenus du « Hirak » en attente de jugement.

Selon le dernier décompte du CNLD, 51 personnes sont actuellement en détention dans les prisons algériennes pour des faits liés au « Hirak ».

1 Commentaire
S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Mellah hocine
Mellah hocine
1 année plus tôt

Vivement la libération de tous les détenus politiques et d’opinions.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

1
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x