Connectez-vous avec nous

Actu

Coronavirus : 37 nouveaux fabricants de gel hydroalcoolique autorisés

La Rédaction

Publié

le

gel hydro-alcoolique

37 licences de production de gel hydroalcoolique ont été remises à des entreprises fabriquant ce produit tant demandé du fait de la propagation de la pandémie de coronavirus en Algérie.

Dans contexte tendu d’épidémie du coronavirus, 37 fabricants de gel hydroalcoolique ont reçu leur autorisation de produire ce précieux liquide. Dans une déclaration à l’APS, le ministre du Commerce Kamel Rezig a indiqué : « le secteur du Commerce attache une grande importance au contrôle des produits destinés à la stérilisation et à la désinfection pour faire face à la pandémie, notamment en ce qui concerne le gel hydroalcoolique ».

A lire : Coronavirus en Algérie : 1423 cas et 173 décès

Dans ce cadre, il a appelé les petites et moyennes entreprises (PME) actives dans la production de ce produit, à titre gracieux ou pour la vente, à se présenter aux services du ministère du Commerce au niveau des 48 wilayas à l’effet de déposer leur demande de licence comprenant une demande administrative et le rapport du laboratoire portant composition du produit ainsi que les documents administratifs de l’entreprise en question.

L’opération contribue à garantir la qualité et le contrôle du produit, a souligné le ministre ajoutant que les entreprises qui ne détiennent pas de licences risquaient des sanctions dissuasives.

Lire : Le Groupe Saidal se lance dans la production du gel hydro-alcoolique

Les services du ministère ont contacté certaines entreprises productrices de ce produit pour les inviter à régulariser leur situation juridique, à même de leur permettre de poursuivre leurs activités de manière légale, a-t-il poursuivi.

« Nous allons temporiser avant d’appliquer la loi car la conjoncture est difficile et le produit est important pour le citoyen, mais nous redoutons la contrefaçon ou la manipulation de la composante du produit, c’est pourquoi nous avons convoqué les entreprises productrices et leur avons demandé de compléter leurs procédures légales », a expliqué le ministre.

S’agissant des masques et gants, le ministre a précisé que leur fabrication n’était pas soumise aux licences du ministère du Commerce, mais plutôt régie par les lois du secteur de la Santé et de l’Industrie pharmaceutique qui contrôlent leur conformité aux normes en vigueur à cet égard.

Le mouvement du commerce extérieur se poursuit normalement

Kamel Rezig a indiqué que le mouvement du commerce extérieur de l’Algérie, se poursuivait à un rythme normal, dans le respect des mesures préventives rigoureuses appliquées depuis la propagation du nouveau coronavirus, soulignant que la décision de fermeture des frontières excluait le trafic commercial.

Le ministre a qualifié de « normal » le mouvement commercial des importations et des exportations, à l’exception de la décision interdisant l’exportation de certains produits médicaux et alimentaires de « manière provisoire », dont la liste a été établie, dans le but de satisfaire les besoins du marché national. Il s’agit d’une mesure prise à titre préventif en cette période de pandémie, a-t- il ajouté.

Lire : Omar Achir : « Il faut multiplier les labos de dépistage »

Cette décision du Premier ministre « n’est pas appliquée avec effet rétroactif », a-t-il souligné, précisant que toutes les opérations entamées avant sa promulgation seront finalisées et il y va de même pour transactions effectuées avec des pays comme la Tunisie, la Libye et la Mauritanie dans le cadre de conventions signées auparavant.

Le ministre a indiqué, en outre, que les changements enregistrés à l’échelle internationale, suite à la propagation du covid-19, à l’origine d’une récession de l’économie mondiale et du recul du commerce extérieur, provoqueront, sans doute, un ralentissement du mouvement commercial.

Lire : Coronavirus : ENIE se lance dans la production d’insufflateurs et de respirateurs

Plusieurs pays ont interdit l’exportation de certains produits médicaux et alimentaires pour satisfaire les besoins internes, ce qui explique le recul du mouvement des ports qui en est à son plus bas niveau en cette période.

Rezig a tenu, néanmoins, à rassurer les citoyens que « l’Algérie a importé tout ce dont elle a besoin en termes de produits et de marchandises, en tenant compte du pire scénario de propagation de la pandémie ».

1 Commentaire
S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Benchoulak
Benchoulak
5 mois plus tôt

Et pour la production des kit et des reactifs de depistage? Les cahiers de charges ont ils ete rediges et les entreprises de production saisies?

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

1
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x