Connectez-vous avec nous

Monde

Tchad : une ONG dénonce l’existence de cachots secrets, le pouvoir dément

Avatar photo

Publié

le

Au Tchad, le régime garde les opposants dans des cachots secrets

La Convention tchadienne de défense des Droits de l’Homme (CTDDH) informe l’opinion nationale et internationale que près de 200 personnes sont en ce moment détenues au secret dans différents cachots inconnus du public et appartenant à la police politique du pouvoir qui est l’Agence nationale de Sécurité (ANS).

Ces détenus « sont entassés à plusieurs dans différentes cellules insalubres de ces cahots depuis plusieurs années pour certains d’entre eux, sont pour la plupart malades », s’alarme la Convention tchadienne de défense des droits de l’homme.

Lire : France : quand des policiers s’acharnent sur un Tchadien

La Convention tchadienne de Défense des Droits de l’Homme (CTDDH) informe aussi « l’opinion nationale et internationale que près de 200 personnes sont en ce moment detenues au secrèt dans différents cachots inconnus du public et appartenant à la police politique du pouvoir qui est l’Agence Nationale de Sécurité (ANS). »

Ces personnes « irrégulièrement d »tenues dans des prisons occultes vivent ainsi dans des conditions infra humaines et subissent des tortures de toutes sortes ainsi que des atteintes quotidiennes à leurs dignités », dénonce la Convention tchadienne de défense des droits de l’homme.

Lire : Tchad : des avions français bombardent l’opposition armée tchadienne

Le secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits de l’homme assure qu’ils avaient découvert depuis bien longtemps l’existence de ces cachots secrets. Ils sont, selon lui, sous contrôle de l’Agence nationale de sécurité, qu’il décrit comme « une police politique du pouvoir », et quelque 200 personnes y seraient détenues.

Son organisation a décidé de le dénoncer au grand jour après avoir localisé avec certitude un de ces cachots situé dans un immeuble de Ndjamena. L’ONG y aurait identifié ses 29 pensionnaires, des prisonniers qui seraient détenus dans des conditions « épouvantables », selon le secrétaire général de la Convention tchadienne pour la défense des droits de l’homme (CTDDH), Mahamat Nour Ibedou.

Lire : La chute du président tchadien !

« Ils sont quotidiennement soumis à des humiliations, des tortures tant physiques que morales, en les nourrissant très mal. On ne les laisse pas se laver normalement. Ils sont dans des cellules qui contiennent 14 personnes ou des cellules de 15 personnes. Leurs parents d’ailleurs ne savent même pas s’ils sont vivants », ajoute Mahamat Nour Ibedou. Il faut rappeler qu‘Idriss Deby, le président, a bénéficié à plusieurs reprises du soutien militaire français pour se maintenir au pouvoir.

Depuis son arrivée au pouvoir les violations des droits de l’homme et les disparitions d’opposants sont monnaie courant. Mais qu’importe ! Paris lui accorde soutien militaire et logistique.

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x