Connectez-vous avec nous

Actu

Coronavirus : face aux égoïsmes criminels, imposons les solidarités !

Publié

le

Inde Coronavirus

Bien des pauvres et des démunis de ce monde subissent les affres du coronavirus et des politiques économiques menées au profit d’une minorité de milliardaires.

Face à la pandémie de coronavirus, qu’ils soient en Inde, en France, aux Etats-Unis ou en Algérie, les peuples du monde sont unis dans la pauvreté et la misère créées par le capitalisme.

Inde : l’exode de la misère

Lorsqu’on voit les images des millions d’Indiens qui tentent de rejoindre leurs villages d’origine pour échapper à la famine, on ne peut qu’être révulsé et en colère. Toutes ces petites mains exploitées par les capitalistes locaux et internationaux ont tous perdu leur emploi.

Lire : Quelques leçons de la crise du coronavirus

Tout ce qu’on nous raconte sur l’Inde, cette supposée puissance montante, n’est en fait qu’une supercherie. La sueur de ces millions de travailleurs sous payés ne leur a pas permis de sortir des taudis dans lesquels on les a parqués, ni d’accéder à un logement ou à une quelconque sécurité sociale. Ils sont livrés à eux-mêmes, obligés de marcher sur des distances de 500 km et plus, avec bagages et enfants sur le dos.

Ils ont fui la famine, les taudis et le virus mortel sans être sûr de retrouver une vie meilleure là où ils se rendent. Ils sont non seulement livrés à eux-mêmes, mais victimes des brimades et des bastonnades des forces de répression qui veillent à ce que le système demeure toujours debout.

L’échec patent du capitalisme

Malheureusement, l’Inde n’est pas une exception. Bien des pauvres et des démunis de ce monde subissent les affres du coronavirus et des politiques économiques menées au profit d’une minorité de milliardaires.

Lire : Vidéo. Coronavirus en Italie : les médecins cubains à la rescousse

Des milliardaires qui ont fait main basse sur les richesses de la planète, les élites devenues les porte-voix de cette oligarchie et les médias inféodés à cette idéologie totalitaire.

Des médias où règne la pensée unique portée par de faux experts et des chroniqueurs félons triés sur le volet pour leur mollesse et leurs allégeances aux puissants.

Les scènes qui nous viennent par exemple d’Algérie où des gens se regroupent par centaines pour un sac de semoule ou quelques litres de lait montrent que nous sommes gouvernés par des mercenaires et des incompétents, incapables d’offrir le minimum vital aux familles à qui on demande de rester chez elle.

Lire : Coronavirus : l’ONU réclame un «assouplissement» des sanctions contre l’Iran, Cuba, Venezuela…

Même dans les pays dits riches, les choses ne sont pas si roses qu’on veut bien les présenter. D’abord, même ces pays qui prétendent être des superpuissances n’arrivent pas à fournir l’équipement médical de base aux personnels de santé.

C’est le cas des USA. Cette puissance militaire capable de mobiliser des milliards de dollars et des milliers de soldats pour déclencher des guerres destructrices partout dans le monde n’offre qu’un chèque de 1000 $ pour les américains qui ont perdu leur emploi. Un seul chèque, il faut le préciser. La situation sanitaire est y tout aussi catastrophique.

En Europe où les chiffres des victimes du covid-19 donnent froid dans le dos, la situation n’est pas plus reluisante. Les désastres provoqués par les politiques économiques menées se traduisent de façon nette dans les services publics, notamment celui de la santé. La marchandisation de ce secteur a conduit à la fermeture de lits et au gel des salaires du personnel. Cela a généré le drame qui se joue dans plusieurs des pays d’Europe que les médias tentent de minimiser en essayant de le présenter comme un quelconque autre spectacle.

Ils appellent au confinement pour freiner la propagation du virus ce qui est somme toute logique, mais ils ne mettent pas à la disposition des travailleurs « ô combien indispensables » les moyens de se protéger du virus.

Où sont ces oligarques qui ont amassé des milliards en délocalisant les industries et en sous-payant les travailleurs de leurs pays. Les travailleurs sont indispensables.

Gestion de crise catastrophique et égoïsmes

Loin de moi l’idée de sous-estimer la dangerosité du virus que ces puissants et leurs porte-voix zélés ont d’abord minimisée pour ne va pas avoir à prendre les mesures qui s’imposaient. Ils avaient peur, plus pour leur économie et leur pouvoir que pour la vie des citoyens. Il faut dénoncer ces plans machiavéliques. Pris au piège de leurs politiques, Ils optent, toute honte bue, pour les méthodes du Far ouest pour se procurer le précieux sésame qu’est devenu le fameux masque. En effet, les tarmacs des aéroports chinois sont devenus des hauts lieux de méthodes de voyous où se détournent des lots de masques et autre matériel médical en doublant et en triplant les prix.

C’est le sale boulot que se livrent « ces super puissances ».

Je ne parlerai pas des pays pauvres qu’on continue à piller et à maintenir sous des régimes de terreur en soutenant leurs dirigeants corrompus et serviles. Ils sont les oubliés de la lutte contre cette pandémie.

Comment continuer à faire confiance à tous ces politiciens véreux et pathétiques ainsi qu’à leurs politiques néfastes ?

Face à ces égoïsmes criminels et à ce capitalisme nuisible, il nous faut jeter les bases d’un nouveau monde qui accordera une place de choix aux solidarités et à l’entraide et qui bâtira une économie réfléchie au service des citoyens et de ses besoins.

Mohamed Arroudj

1 Commentaire
S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Izou
4 mois plus tôt

L’algerie n’est pas l’Inde d’abord ! Certes il y a des inégalités sociales comme dans tous les pays du monde mais témoignons quand même que l’état algérien fait de son mieux pour satisfaire le peuple toutes catégories confondues.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

1
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x