Connectez-vous avec nous

Actu

La machine qui broie sans… « Tabbou » !

Publié

le

Le procès de Karim Tabbou reporté au 29 juin

La machine à broyer les « Tabbou » est passée par là cette semaine. Ainsi donc Karim Tabbou, jeune politicien, intelligent, beau et kabyle, a été jugé en pleine crise convulsive et en l’absence de ses avocats !

Le verdict à la prison ferme est tombé au moment même où l’opposant était entre les mains des médecins claustré à l’infirmerie du palais de justice. Le proverbe de «l’homme qu’il faut à la place qu’il faut» a été commuté à la lettre.

L’homme qu’il faut à la place qu’il ne faut pas

1- L’homme emprisonné, jugé et jeté en prison puis relâché, ensuite rattrapé, ensuite rejugé et condamné et enfin embarqué dans l’infirmerie d’un palais de justice : sa place est ailleurs…
C’est-à-dire dans un palais présidentiel et non pas dans un palais de justice !

Lire : La justice condamne Karim Tabbou alors qu’il était à l’infirmerie pour AVC !

2- Les toubibs non armés de masques qui étaient en train de le réanimer, eux, leur place est dans les hôpitaux qui sont submergés par des patients désespérés atteints du Covid-19.

3- Enfin, la place des flics qui l’ont «accompagné» de la prison à l’infirmerie en passant par la salle d’audience est aussi ailleurs, c’est-à-dire là où les spéculateurs font la loi et là où le chantage à la semoule se fait sentir jusqu’au creux du ventre.

Finalement y a t-il un pilote dans l’avion d’Air Algérie ?

Avec arme mais sans âme !

A quelques heures d’intervalle, au pays de la justice sans téléphone ni sms, Dan Patrick, gouverneur du Texas et cow-boy écervelé d’une Amérique sans cœur, livrée aux criminels, a estimé que les personnes âgées devraient crever pour sauver l’économie de l’Amérique. Car, selon ce cavalier avec arme et sans âme, le «confinement est plus grave que la mort…» et que les personnes âgées ne valent pas un dollar troué.

Lire : Procès Karim Tabbou : « Le juge a commis une double faute », selon Belaïd Abane

Quelle est donc la différence entre la justice inhumaine et l’injustice humaine ? La première veille au maintien du progrès économique de l’oncle Sam, au moins, mais la seconde demeure inhumaine par son… humanité.

Bonatero contre Hassan Terro

Il y a des années de ça, déjà, le tristement ministre de la Santé d’alors, Boudiaf (à ne pas confondre avec le héros) expliquait sans rougir, car sans masque, que «les hôpitaux algériens ont des moyens que beaucoup de pays européens n’ont pas». Ce qui explique peut-être le nombre effrayant de décès en Europe par rapport à notre pays ! Prophétie de mauvais goût ou mythologie gréco-algérienne ? Qu’à cela ne tienne !

Entre la chloroquine de Meknine-Ezzine du Pr Raouls et le vaccin à base d’astéroïdes de Bonatero, choisir Hassan Terro, cet héros de la Casbah, doté lui, d’un humour bio, sans paludisme ni de débris sismique.
Nacer Azzoug

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x