Connectez-vous avec nous

Actu

Cours par internet en Algérie : quelques réalités

La Rédaction

Publié

le

difficulté de l'enseignement sur Internet algérie

Le Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, appelle, son compte Facebook, la communauté universitaire, face à cette pandémie de coronavirus, à utiliser internet et la plateforme Moodle du Mesrs à y mettre cours et TD et à animer, suivre et évaluer les étudiants. L’enseignement à distance remplace l’enseignement classique !

Encore une fois, ni concertation, ni consultation, ni méme partage de préocupations. Face à une situation aussi anxiogéne que grave, l’écoute des acteurs universitaires ne peut être zappée aussi facilement. Rien que par les réseaux sociaux, les médias écrits, télevisuels, une consultation large aurait pu se faire et doit se faire.

Lire : Coronavirus en Algérie : Tebboune ordonne la fermeture des écoles et des universités

Rappelons quelques vérités à nos responsables du secteur :
1- Tous les étudiants et même les enseignants n’ont pas un accès facile à internet et certains s’activent dans les cybercafés, que le confinement interdit aujourd’hui.

2- Le débit internet est aléatoire et faible et empêche une transmission facile des cours-TD même dans la plateforme du Mesrs et encore moins par Youtube, en sachant que plus de 60% de la population étudiante habitent en dehors d’Alger et les grandes villes et l’inégalité numérique est une réalité !

Lire : Un sénateur impute la baisse du niveau à l’université à la mixité et aux relations affectives !

3- L’enseignement à distance exige une formation pour ses utilisateurs, enseignants et étudiants, une manipulation contrôlée de cet outil sachant qu’il s’adresse à… 1,5 millions d’étudiants avec des profils scientifiques différents et des langues différentes.

4- Comment l’évaluation des étudiants peut se faire et comment compenser les déficits des séances accumulés et comment échanger avec les étudiants sachant que certains enseignants ont près d’un millier d’étudiants à évaluer ?

5-Des expériences d’enseignants, qui ont déjà réfléchi au problème, utilisent google class ou des pages étudiantes ou des contacts directs pour se préparer à des « vacances forcées prolongées » et gérer une relation pédagogique virtuelle.

6- On ne peut réactiver la pédagogie dans une pandémie aussi grave de façon unilatérale et administrative sachant que le contact étudiant-enseignant est essentiel.

Nous sommes en vacances, vacances abîmées par un confinement anxiogène et un risque pandémique grave. Ne nous mettez pas la pression et contextualisez votre méthode administrative et votre communication aseptisée !

On n’est pas dans une situation normale et les réponses ne peuvent être seulement administratives ! A quand la culture participative et démocratique au sein du Mesrs ?
Adel Abderrezak

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Sed Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Sed
Invité
Sed

Au Maroc voisin beaucoup d élève n ont pas internet mais les cours sont disponible sur la télé c est pas interactif mais c est déjà ça même chose en France et dans d autre pays .

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires