Connectez-vous avec nous

Actu

Algérie : les trois dangers qui menacent le hirak

La Rédaction

Publié

le

Hirak coronavirus auto-organisation


La marche de ce 56e vendredi en Algérie a été particulièrement animée avec des hirakistes toujours aussi déterminés. Notre hirak résiste. Il peut se mettre entre parenthèses, pour un moment, mais jamais s’éteindre !

Le hirak s’est construit une force intrinsèque qui pollue l’esprit des décideurs, des manipulateurs, des stratèges et d’une élite aliénée. Tant mieux. La répression ciblée et parfois aveugle du pouvoir est l’expression d’un désarroi, d’une impuissance à enrayer cette révolution populaire.

Lire : Algérie : va-t-on vers un scénario autoritaire ?

Trois dangers menacent notre hirak en Algérie : Premièrement, la répression qui peut diminuer notre force de frappe et notre contre-poids sur les manœuvres du pouvoir. On ne peut pas laisser faire sans affecter le crédit du hirak et son attractivité. La lutte pour la libération des détenus est une exigence, un impératif de survie du hirak.

Lire aussi : La démocratie, version Tebboune

Deuxièmement, les divisions au sein du hirak. Nous sommes pluriels et même très pluriels, ce qui rend l’unité du hirak problématique. La dépolitisation et la désintellectualisation de la société et de son élite ont fait éclore le verbe populiste, en particulier dans son format islamiste, d’une part, et une idéologisation par excès des enjeux du Hirak avec des profils de donneurs de leçons inespérés pour le « doubab » du pouvoir.

Lire également : Presse algérienne : l’heure des renoncements !

Préserver un hirak unitaire tout en cultivant démocratiquement nos différences est indispensable. Tous les débats sont permis. Pas d’occultation de thématique revendicative. Le hirak sera une révolution démocratique quand tout le monde y a droit. Il est plus facile de démocratiser les appareils d’Etat que de pratiquer la culture démocratique dans la société, entre nous-mêmes !

Lire : Coronavirus : Tebboune ferme écoles et universités mais pas les mosquées !

Le troisième danger qu’on ne voyait pas venir, c’est la pandémie du Coronavirus. Ne pas prendre au sérieux la chose est cynique et irresponsable. Certains propos sur Facebook sont du domaine de l’auto-suicide collectif. Le pouvoir autoritaire tue. Le coronavirus aussi. Le premier, politique, est contré par des rapports de force que la rue installe par cette protesta populaire qui doit se transcender en Révolution. Nous espérons gagner cette lutte pour une Algérie meilleure. Le deuxième, épidémiologique, véhicule la mort et à une échelle de masse, si on ne prend pas nos précautions, si on néglige le danger, si on ne mesure pas la rapidité de l’évolution de la pandémie. La peur de mettre entre parenthèses le hirak provoque délires, intolérances et propos disproportionnés. Le hirak a un socle durable qui fait qu’il peut rebondir à n’importe quel moment. Qu’on suspend ou qu’on continue, le hirak, c’est du béton et une identification collective qu’aucun virus ne peut annihiler.

Le risque d’une évolution très rapide de l’épidémie, vu l’état de la sante publique, les manœuvres diaboliques du pouvoir anti-hirak et l’insouciance de la population, exige de nous de prendre des précautions sévères mais avec des mesures simples. On peut organiser les marches avec un dispositif de prévention exceptionnel et concret qui peut être applicable. Le handicap est le déficit d’organisation, l’absence d’auto-organisation et la difficulté d’instaurer une discipline collective sévère. Le combat politique n’est pas une histoire d’émotion mais d’organisation.

Organisons notre riposte au coronavirus par nous-mêmes, en nous y mettant sérieusement et concrètement pour protéger nos marches. Si les choses se détériorent, une mise entre parenthèses du hirak n’est pas à écarter, en sachant qu’on peut y revenir à n’importe quel moment.

Continuons à revendiquer le départ du système et une transition démocratique qui porte les germes d’une émancipation sociale des algériennes et Algériens.

Adel Abderezak (*)

(*) Syndicaliste Adel Abderezak, professeur d’économie, militant politique de gauche et ancien porte-parole et membre fondateur du Conseil national des enseignants du supérieur (CNES)

3 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Zemour
2 mois plus tôt

Soulever les 03 dangers qui menacent le « Hirak » Et occulter les « n » dangers qui menacent l’Algérie, son peuple, ses institutions Et surtout son économie en route pour une « faillite à la Vénézuelienne » Parce qu’il n’ y a pas de stabilité des institutions, pour venir investir,en toute sécurité En Algérie Mais bon sang, où sont ils les authentiques, crédibles, compétents, légales, légitimes Et populaires représentants du « Hirak » Mr. Said Sadi,?, Mr. Mohcène Belabbes,?, Mme Louisa Hannoune notre « Pasionaria » ? Et notre « Dolores Ibaruri anti-franquiste », malheureusement, sortie, fortement, discréditée Mr. Ali Laskri ?, Mess. Ferhath M’Henni, ?, Mess Ath Cheviv ?……… L’Anarchie,… Lire plus »

Dz patriote
Dz patriote
2 mois plus tôt

Où sont passés les, 1400 milliards Ouyahia  et boutef  sellal et compagnie et tout ce régime c’est franc maçon traître de la nation ont vendu 25 % de nôtre souveraineté national à total il a fait des privilege a mama franca lui et d’autres du régime harkis disons le clairement c’est marionnettes n’était que les serviteurs que de Gaulle à laisser derrière lui c’est la continuité de la colonisation qui dit pas son nom nos martyrs doivent se retourner dans leur tombe layehmoum on demande la peine de mort pour ouyahia et d’autre figure du système oligarques  pour haute trahison… Lire plus »

Mellah hocine
Mellah hocine
2 mois plus tôt

Les danger menaçant le hirak ? Non Mr Adel , ils sont ailleurs. La seule menace reste ce pouvoir qui ne voit et n’entend rien de ce peuple vaillant. Il faudrait comprendre que lorsqu’un adversaire est commun , tout le peuple, dans sa diversité, se cristallise pour former un bloc commun. Les mots d’ordre sont uniques et les revendications communes.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

3
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x