Connectez-vous avec nous

Politique

Droits de l’enfant : 400 appels de dénonciation depuis février !

La Rédaction

Publié

le

Droits de l'enfant algérie

400 signalements ont été enregistrés depuis le début de l’année concernant 730 cas d’exploitation économique ou de maltraitance portant atteintes aux droits de l’enfant en Algérie.

L’Organe national de la promotion et à la protection de l’Enfance (ONPPE) qui s’occupe des droits de l’enfant a reçu « depuis le début du mois de février 400 signalements sur son numéro vert (11-11) concernant 730 cas d’exploitation économique ou de maltraitance d’enfants dont la moitié des cas a été transférée à la Justice des mineurs », a révélé Mme Meriem Cherfi, déléguée nationale à la promotion et à la protection de l’enfance, qui ne donnera pas plus de précisions.

Lire : Misère des enfants à Aïn Defla : le coup de colère d’Ali Bencheikh

« L’ONPPE reçoit plus de 5 000 appels par jour sur le numéro vert mis à la disposition des citoyens », a-t-elle encore indiqué, en marge de l’ouverture d’un atelier de formation au profit de 27 juges pour mineurs sur « la protection des droits de l’enfant dans le respect des normes internationales et de la loi : Faire prévaloir l’intérêt suprême de l’enfant ».

Lire aussi : Enfants autistes maltraités à Constantine : de graves dépassements

Cet atelier qui s’étalera jusqu’à demain 12 mars s’inscrit dans la cadre des cycles de formation initiés par l’Organe en coordination avec le ministère de la Justice, en collaboration avec l’Organisation internationale de la réforme pénale pour la région MENA et avec la participation de l’ambassade de Grande Bretagne au profit des magistrats des quatre coins du pays, a mis en avant Mme Cherfi, annonçant qu’un « deuxième atelier du genre sera organisé dans 15 jours au profit des juges pour mineurs et des juges en charge des affaires familiales ».  

Le plus de DzVID : Mohamed Yacine, ce super-héros qui souffre en silence

Conformément à la loi relative à la protection de l’enfant qui tire ses dispositions de la Convention des droits de l’enfant et de toutes les conventions y afférentes, « nous devons en tant que magistrats veiller à ce que toute mesure prise soit basée sur l’intérêt suprême de l’enfant ».

Cet aspect sera abordé lors des ateliers de formation auxquels prendront part des experts algériens et internationaux. Les magistrats auront également l’occasion d’échanger leurs expériences concernant l’intérêt de l’enfant.

Pour rappel, la loi sur la protection de l’enfant en Algérie a été promulguée en 2015 et l’ONPPE créé en 2017.

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x