Connectez-vous avec nous

Actu

Algérie : silence, on sème la terreur !

La Rédaction

Publié

le

Algérie CNLD terreur

Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a rendu public ce mardi 10 mars un communiqué qui revient sur la situation des droits de l’homme en Algérie. Document

L’Algérie vient de boucler un an d’une révolution populaire qui a émerveillé le monde entier par son caractère pacifique dont l’une des revendications phare est le changement radical du système.

Lire : La démocratie, version Tebboune

Depuis quelques jours, la machine répressive a pris de l’ampleur et donne un autre visage d’un pouvoir aux abois qui cherche à étouffer toutes les voix discordantes.

La justice algérienne, toujours restée prise en otage entre les mains du pouvoir de fait, n’arrête pas de surprendre avec des décisions de condamnation de plusieurs citoyens innocents.

Une nouvelle stratégie a fait son apparition dans les tribunaux : Des procès , voire même des verdicts attendus, se font renvoyer par les juges sans aucune justification, bien au contraire avec un sourire !

A lire aussi : Procès de Karim Tabbou : la police réprime les citoyens

Il s’agit d’une nouvelle stratégie pour occuper les avocats, les manifestants et les citoyens, pour nous faire traîner encore pour plusieurs mois devant la justice.

N’est-il pas temps , pour nous tous, les concernés, d’adopter une décision bien réfléchie et qui va faire changer ceux qui décident ?

Le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger a remporté dimanche 7 mars une palme d’excellence en matière de zèle en condamnant Saeddedine Youcef Islam et Zohir Houari à 4 ans de prison ferme pour avoir tenté d’empêcher un policier qui gazait des manifestants en plein mois de carême à la Grand-Poste d’Alger. Tribunal d’exception par excellence !

A lire également : Ce qui est reproché « officiellement » au journaliste Khaled Drareni

Des arrestations abusives à travers plusieurs wilayas (Saïda, Mascara, Tiaret, Boumerdes…) mais surtout à la capitale, Alger, notamment les deux derniers vendredis et samedis.

À travers cette répression inouïe du samedi 7 mars à Alger, le pouvoir veut miser sur la fin et l’échec de la révolution, en faisant recours à tous les moyens devant la mobilisation populaire avec les marches du samedi, en marge de celles du vendredi et mardi.

Des policiers en tenue et en civil ont fait recours à de la violence physique et verbale à l’encontre des manifestants pacifiques, surtout des femmes qui ont été insultées et traitées de tous les mots vulgaires, dans plusieurs marches à Alger ou devant le tribunal de Sidi M’hamed.

Ne pas rater : La police réprime encore les enseignants au Ruisseau à Alger

Des scènes ont été filmées et publiées sur les réseaux sociaux par de braves journalistes fidèles à la révolution populaire dont ils sont eux aussi acteurs, devant la censure médiatique de l’État, sans que la justice ne bouge son doigt pour mettre fin à ces pratiques.

Parmi les manifestants interpellés et placés en garde à vue depuis samedi figurent Toufik Hassani (arrêté vendredi à Alger) Samir Benlarbi, Slimane Hamitouche et le journaliste Khaled Drareni, accusés d’incitation à attroupement non armé, d’après les premières informations.

La garde à vue a été prolongée, lundi 9 mars, sur demande du procureur du tribunal de Sidi M’hamed, sous prétexte de complément d’enquête par les éléments de la police judiciaire qui ont opéré les arrestations.

Une première dans l’histoire de la justice algérienne. On arrête des citoyens en pleine marche pacifique, on les accuse d’incitation à attroupement, puis on les garde dans un commissariat de police en attendant de trouver des chefs d’inculpation valables !

Cette garde à vue prolongée est non seulement énigmatique, mais confirme encore une nouvelle fois que la justice algérienne reste soumise à l’appareil de la police politique.

Le CNLD, solidaire avec les quatre manifestants en question, exige la libération immédiate et inconditionnelle et réitère sa solidarité avec tous les journalistes libres qui accomplissent leur devoir garanti par les lois de la République algérienne démocratique et populaire.

Le CNLD exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les Algériens qui se trouvent dans les geôles du pouvoir depuis le début de la révolution populaire en février 2019, et appelle à l’arrêt de toutes les poursuites judiciaires et mettre fin à cet acharnement judiciaire contre tous les manifestants à travers le territoire national.

Le CNLD exige la réparation des dégâts causés contre notamment les ex-détenus et leurs familles et demande la réintégration dans leurs postes de travail de tous les activistes et ex-détenus victimes de licenciements pour avoir participé à la révolution pacifique.

Fidèle aux revendications populaires de la révolution pacifique, le CNLD appelle la société civile et tous les collectifs et forces vives du pays à rester mobilisés et vigilants devant cette situation, et à une large mobilisation des forces patriotiques pour imposer les revendications de la révolution populaire en passant par une période de transition démocratique pour une nouvelle Algérie.

L’union fait la force et la différence !
On ira jusqu’au bout !
Alger, le mardi 10 mars 2020
Le CNLD.

2 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Mellah hocine
Mellah hocine
2 mois plus tôt

La violence , seule arme d’un pouvoir au abois , reste le provocateur d’une confrontation que le hirak dejoue de semaine en semaine. La police , le bras long de cette violence, doit comprendre que ce peuple ne se fera plus jamais piégé dans ce tourbillon ou ce piège mis en place par leurs responsables qui se tiennent au chaud au fond de leurs fauteuils. Non, le hirak ne répondra plus jamais à cette adresse. Mais ce qui est clair dans ce schéma , c’est un président qui fait du hirak une bravoure, contrairement à ce corps de police qui… Lire plus »

Rachid ELAÏDI
Rachid ELAÏDI
2 mois plus tôt

les gardes à vue se multiplient ,tant qu’à faire est de mettre tout le monde du Hirak sous surveillance, ceci est un non sens! il faut répondre aux attentes de tout un peuple! et puis si l’Algérie se prépare à une guerre ouverte contre le Maroc et l’inverse s’est avéré juste,pour pouvoir évacuer le Hiraak de l’autre côté de la frontière contestée depuis 1963 de la guerre des sables ? c’est un calcul politique et un complot des USA et de la France en vue de l’exploitation des richesses ;pétrole…en toute tranquillité , l’Etat profond au Maroc comme en Algérie… Lire plus »

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

2
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x