Connectez-vous avec nous

Monde

Une Américaine accusée d’espionnage pour le Hezbollah

La Rédaction

Publié

le

L’Américaine Mariam Taha Thompson, accusée d’espionnage pour le compte du Hezbollah, est poursuivie pour avoir notamment transmis des informations concernant des agents américains à l’étranger, via un complice qui serait apparenté à une personne « travaillant pour le gouvernement libanais ». 

Une Américaine de 61 ans, travaillant comme linguiste contractuelle avec le ministère de la Défense, a été accusée d’espionnage ce mercredi 4 mars pour avoir transmis des documents classifiés « très sensibles » à un étranger ayant « des connexions apparentes avec le Hezbollah », a annoncé le Département de la Défense dans un communiqué publié sur son site web.

A lire : Un ex-agent de la CIA condamné à 20 ans de prison pour espionnage au profit de la Chine

Selon ce texte, Mariam Maha Thompson a rassemblé et transmis des documents contenant notamment des informations sur des agents actifs de la Défense, identifiés par leur vrai nom. « En divulguant leur identité, Thompson a mis en grand danger la vie de ces agents et du personnel militaire américain », accuse la Défense. Présente « en zone de guerre », l’accusée aurait divulgué ces informations « à un ressortissant libanais se trouvant à l’étranger », a accusé le procureur général adjoint à la Sécurité nationale John C. Demers. « Si cela est vrai, ce comportement est une honte, surtout pour quelqu’un travaillant sous contrat avec l’armée des Etats-Unis », a-t-il ajouté, déclarant que « cette trahison du pays sera punie ». 

A lire également : Espionnage de ToTok : les Emirats arabes unis démentent

Mariam Taha Thompson, qui disposait d’une accréditation du gouvernement US lui permettant d’accéder à des documents classés « Top secret », a été arrêtée le 27 février par le FBI, sur une base militaire située à l’étranger, dont la localisation n’a pas été précisée. 

Complice lié au Hezbollah

L’enquête menée sur cette affaire a permis de découvrir que l’accusée a commencé à agir de manière suspecte au lendemain d’attaques américaines contre des forces iraniennes basées en Irak. « Elle a notamment accédé de manière répétée à des dossiers classifiés dont elle n’avait pas besoin », dont des dossiers concernant des sources des services secrets, des données d’identification personnelles d’agents et des photographies. 

Lors d’une perquisition du domicile de Mme Thompson, les enquêteurs ont retrouvé sous son matelas une note, rédigée en arabe, contenant des informations secrètes et un avertissement à destination d’une « cible du département de la Défense » affiliée avec une association terroriste liée au Hezbollah. 

Selon l’enquête, la linguiste transmettait ses informations écrites à la main à un complice, avec qui elle avait une relation amoureuse. Selon le FBI, cet homme est un étranger, parent d’une personne « travaillant pour le gouvernement libanais ». Il serait lié au Hezbollah. 

Si elle est condamnée, Mariam Taha Thompson risque une peine de prison à vie. Avec AFP

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x