Connectez-vous avec nous

Actu

Oui, on doit avoir peur des islamistes !

Publié

le

Mustapha Bouchachi, Lakhdar Bouegaa, Ali Belhadj et Samir Belarbi

Depuis quelque temps, des pages internet islamistes, des chaînes de télévision et des personnalités politiques et médiatiques tentent de réhabiliter les anciens du FIS de triste mémoire et les rendre fréquentables.

Doucement mais sûrement, le courant islamiste rigoriste réinvestit la scène politique algérienne en grignotant jour après jour du terrain dans le Hirak, ce mouvement populaire national qui féraille avec le « système » depuis plus d’une année à coups de marches hebdomadaires et de slogans sans pour autant parvenir à faire bouger les lignes.

A lire : Lahouari Addi : Faut-il avoir peur des islamistes ?

Au rythme où va la campagne de réhabilitation de la personne de Ali Belhadj, numéro 2 du FIS dissout, et les marches algéroises de plus en plus nombreuses où son portrait est fièrement brandi, ce à quoi on peut ajouter les différentes visites de courtoisies qui lui sont rendues par des « personnalités » dites nationales, on se demande si la mouvance islamiste ne va pas finir, comme en 1990, par s’imposer comme l’alternative au régime vacillant d’Alger !

A lire aussi : Makri du MSP rassure Tebboune et les généraux

L’incapacité des démocrates à percer en dehors de leurs zones d’influence traditionnelles où ils sont d’ailleurs en perte de vitesse, la faiblesse voire la quasi inexistante de la gauche qui, elle, patauge encore dans le sectarisme et le dogmatisme, l’horizontalité chronique du Hirak qui peine, une année après la première étincelle, à faire émerger des leaders pouvant le conduire sur de meilleurs rivages, ainsi qu’un bon nombre de raisons liées à l’absence de structuration et d’organisation démocratiques du mouvement ont fait s’installer un vide sidéral très vite repéré par les planqués de l’ancien FIS qui attendent la moindre occasion pour revenir sur la scène politique et prendre leur revanche.

A lire également : Mohammed Racim : la première victime de l’intégrisme de l’Etat algérien

Même la vielle rebelle Kabylie, bastion des luttes démocratiques dont on dit qu’elle avait fait rempart au FIS dans les années 1990 en votant essentiellement pour le FFS ou le RCD (démocrates), semble avoir perdu ses repères au point que des pans entiers de sa population, notamment la jeunesse, sont « récupérés » par des « opposants » offshore 2.0 qui cachent mal leur fond islamiste, profitant du discrédit des partis et personnalités tradionnels pour embrigader la jeunesse kabyle dans un discours alliant nationalisme exacerbé, populisme et fausse radicalité, sur fond de messages subliminaux islamistes.

Le plus de DzVID : Moi, l’assassinée : aux « démocrates » qui ont abdiqué devant l’Islamisme

Le pire s’est produit il y a quelques jours lorsque des personnalités dites du hirak se sont rendues chez Ali Benhadj. Le moment est immortalisé par une photo de famille largement diffusée par les pages islamistes. Si une partie du peuple algérien s’en est indigné, rappelant les horreurs commises par les islamistes durant la décennie noire, beaucoup ont applaudi cette tentative de réhabilitation, preuve s’il en est que le numéro 2 du FIS jouit encore d’une aura auprès d’une bonne partie des Algériens à la mémoire courte qui estiment qu’il est la victime et non le bourreau !

S’il est prématuré de parler de récupération du Hirak par les islamistes rigoristes, il en demeure pas moins que c’est une éventualité qu’il faut prendre au sérieux. Si un tel scénario venait à se produire dans le processus révolutionnaire actuel, où l’opposition n’arrive pas à basculer le rapport de force en sa faveur, au pire les islamistes finiront par s’imposer en douce comme l’alternative pour les raisons citées ci-dessus, au mieux ils s’allieront au pouvoir pour jouer un rôle contre-révolutionnaire et mater les hirakistes résiduels pour ensuite bénéficier de postes et de privilèges dans l’appareil de l’Etat.

Entre un régime vacillant qui ne peut plus sortir le chéquier pour absorber la colère sociale comme en 2011, un courant démocratique sans ancrage dans la société et un mouvement populaire sans direction et idéologiquement hétéroclite, la mouvance islamiste radicale liée à l’ancien FIS peut reprendre du poil de la bête en deux temps trois mouvements et se rendre incontournable.

A supposer qu’un tel scénario se produise, les Algériens sauront-ils combattre politiquement et de façon démocratique la mouvance islamiste sans l’intervention de l’armée, comme l’a suggéré récemment un sociologue algérien, ou grossiront-ils ses rangs ?

Connaissant le passé criminel de la mouvance islamiste extrémiste algérienne et son aversion systémique du libre jeu démocratique, il est difficile de croire qu’elle n’aura pas recours à la force pour soumettre ses adversaires politiques une fois qu’elle est en position de force. Alors faut-il avoir peur des islamistes ? Certainement.

Yidir Amrouche

2 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Benaldjia
Benaldjia
1 année plus tôt

Oui, on doit avoir peur de l’opposition bloquante ! En réponse à l’auteur « Yidir Amrouche » L’Algérie dans le viseur de l’opposition bloquante? Le moyen par excellence utilisé par les espions étrangers et nationaux est de forcer le gouvernement-ciblé (Algérie) à intégrer les variables de l’origine ethnique, la religion, l’histoire, les limites administratives, la géographie physique et les disparités socio-économiques dans l’élaboration d’analyses complètes qui démontrent les faiblesses de notre pays face aux guerres hybrides. Ce n’est pas pour rien , si l’opposition bloquante essaie de se rapprocher de l’islamistes « ALI BELHADJ »Sinon comment expliquer cette alliance contre nature ? Pour les… Lire plus »

Boukacem
Boukacem
1 année plus tôt

Beaucoup n’ont, hélas, rien compris a ce qui s’est réellement passé dans les années 90 et restent malheureusement cloués à la version officielle.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

2
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x