Connectez-vous avec nous

Actu

« Confusion : un danger sur la révolution », par Saïd Sadi

Publié

le

C’est bien connu dans l’histoire politique. Quand la confusion règne, les portes sont ouvertes à toutes les aventures. Et sans verser dans l’alarmisme, nous y sommes.

Le pouvoir vient de décréter le 22 février journée nationale pour célébrer l’union qui scellerait l’armée à un peuple criant depuis un an « état civil et non militaire ». S’invitant au débat dans la foulée, le secrétaire général par intérim du FLN déclare ce 23 février que « le Hirak ne doit pas se structurer »…

A lire : Lahouari Addi : Faut-il avoir peur des islamistes ?

Pourquoi se gêner tant que la kermesse est ouverte. On peut multiplier les exemples de lubies énoncées par des affidés ou des apparatchiks d’un système au nom d’une révolution déclenchée contre ce même système.

Pour autant, est-ce bien cela qui menace le plus l’insurrection du 22 févier ? La réponse est clairement, non.

Il y a, aujourd’hui, un plus grand péril qui pèse sur cette révolution.

A lire également : Oui, on doit avoir peur des islamistes !

Les hésitations, les collusions, les contradictions et autres positions à géométrie variable émanant de sources invoquant la rupture créent un climat de confusion propice aux dévoiements et dérives car elles ouvrent la voie aux forces rétrogrades qui, elles, assument leurs objectifs.

Ces dernières semaines, on observe des initiatives et déclarations simultanées et concertées émanant du camp islamiste qui convergent sur des stratégies de diversion. Leur finalité est d’occulter le débat sur les fondamentaux démocratiques afin de dérouter le fleuve citoyen du 22 février et le vider de sa substance.

A lire aussi : Makri du MSP rassure Tebboune et les généraux

Les islamistes savent que la conquête du pouvoir par la rue leur est désormais impossible. D’où l’idée de perturber l’unité du mouvement démocratique pour s’allier à un pouvoir aux abois qu’ils espèrent ensuite phagocyter à court ou moyen terme.

Dans un tel climat, les supports médiatiques et organiques du fondamentalisme, radical ou light, ne se font pas prier pour déterrer les slogans des années 90 tout en invitant à « ne pas faire de l’idéologie ». Comme aux pires années de sang, on martèle les caricatures : le peuple algérien est musulman et donc islamiste et donc acquis au projet intégriste. On sérine à longueur d’émissions que les 200 000 morts sont des islamistes, suggérant qu’ils sont les victimes des adversaires de la paix voulue par des insurgés forcés de prendre les armes…

A ne pas rater : Mohammed Racim : la première victime de l’intégrisme de l’Etat algérien

Volant au secours de ces propagandes, des intellectuels, dont il était attendu lucidité et rigueur, entretiennent les amalgames conceptuels et programmatiques. Les islamistes « qui font partie de la classe politique sont un courant comme un autre, il ne faudrait pas les exclure », nous expliquent-ils. Sauf que le passé comme les proclamations actuelles démontrent le contraire et que la logique de cette affirmation est un peu perverse. En dehors du courant islamiste, il n’y a aucun autre pôle politique algérien qui dit que les fondements de son idéologie sont indiscutables ou qui exclus tout acteur refusant de s’y soumettre. Il y a donc comme une inversion d’intention et de responsabilité dans cette approche. Confusion encore et toujours. Plus important, toutes les autres tendances républicaines se disent disposées à respecter les fondamentaux démocratiques universels, résultat des progrès enregistrés par l’Homme après des siècles de luttes. Et selon que l’on respecte ces fondamentaux ou qu’on les ampute, les réfute ou les diabolise, on est d’un côté ou d’un autre d’une ligne qui sépare de façon rédhibitoire la classe politique.

Le plus de DzVID : Moi, l’assassinée : aux « démocrates » qui ont abdiqué devant l’Islamisme

La dernière mise en scène médiatique de ces revenants a eu lieu le jour même de l’anniversaire de la révolution où des hommes politiques ont rendu publique une visite faite à un autre acteur bien identifié dans les affrontements idéologiques qui secouent la scène algérienne depuis toujours. La rencontre en elle même ne pose pas problème. Mais le traitement confusionnel qui l’a suivie prête à équivoque ; et en politique, soulignons-le encore, la confusion est toujours la racine des pires dangers. On ne décide pas innocemment d’une visite groupée un jour anniversaire d’une révolution pour exprimer une solidarité. Plus grave, on n’impute pas à la révolution ses propres affinités politiques au motif qu’on s’est autoproclamé « figure du hirak ». Et à ce propos, la presse indépendante gagnerait à être plus mesurée dans l’attribution des titres et satisfécits.

L’orchestration de la campagne de victimisation faisant suite à cette initiative interpelle. Je rappelle ici ce que je disais en 2005 sur les limites imposées à la liberté de mouvement de cette personne.

« Si un homme a commis un délit ou un crime, il y a lieu de lui opposer les lois en vigueur. Quand la justice n’a pas été saisie, aucune forme de contrainte ne peut être infligée à un citoyen algérien qui doit bénéficier de tous les droits dont jouissent ses compatriotes ». C’est une chose de défendre les droits civiques d’un homme ; et il ne faut jamais hésiter à le faire. C’en est une autre de faire endosser à l’insurrection citoyenne son parcours, ses positions ou ses convictions, bref son bilan ou son projet. Et c’est bien ce qui est entrain de se faire. Sans que le courant démocratique ou ceux qui s’en réclament, apparemment accros à l’addiction consensuelle, n’aient réagi. Plus grave; il y a comme une dissolution de la pensée progressiste qui accepte de voir le courant fondamentaliste faire valoir, voire même imposer, ses prétentions idéologiques et qui s’interdit d’assumer ses propres convictions. Se taire aujourd’hui face à cette déferlante médiatique et politique est plus qu’une faiblesse; c’est une complicité validant la thèse qui réduit la scène politique nationale au binôme système-islamisme. Et ce n’est pas en feignant de ne pas avoir vu ou compris ces frontières éthiques et politiques que l’on va faire l’économie d’une discussion sur le devenir national.
On ne règle pas les problèmes en niant leurs causes. Il faut le dire et le redire : une mise à plat générale est incontournable. Nous devons la vérité à notre jeunesse. Pour ma part, il y a longtemps que je me suis prononcé pour l’installation d’une commission vérité et justice.

Certains diront que tout cela est de l’analyse et qu’il faut des propositions. D’abord, une analyse lucide et cohérente est le premier palier de la solution. Ensuite, la proposition majeure est d’assumer en tout temps et tout lieu ses engagements. Enfin, maintenant que le débat est lancé sur ce que veut le peuple, il ne sert à rien de faire l’autruche en bottant en touche les problèmes qui, de toutes façons, sont, de fait, mis sur la table par les segments islamistes.

Ces segments, pourtant hétérogènes, ont tu leurs divergences pour cibler d’une même voix les « démocrates, laïcs, alliés de la France, francs-maçons…». On pourrait rire d’entendre un rejeton d’un courant politique qui a qualifié d’aventure criminelle l’insurrection du premier novembre 1954 accuser de collusion avec la France les fils de la Soummam qui furent les premiers, les plus nombreux et les plus déterminés à prendre les armes contre la puissance coloniale. Sauf que la stratégie de confusion autorise toutes les perfidies, tous les mensonges, tous les coups bas. « El ḥarbu xidaɛ ».

La démarche de dévoiement et de fractionnement de la révolution par l’islamisme a été entreprise dès le début de la révolution. On se souvient de la contradictoire opération novembria-badissiya, désamorcée par des acteurs démocratiques heureusement demeurés vigilants. Aujourd’hui, on est face à un encerclement plus large et plus coordonné. Devant la rue qui revendique un Etat démocratique civil et non militaire, les islamistes ne disent plus « dimuqratiya kufr ». Il faut s’en réjouir. Il leur reste à entendre la suite de l’équation : « dimuqratiya mačči tiuqratiya ».

Le problème algérien sera en voie de résolution quand ce qui demeure aujourd’hui une tentation intégriste deviendra un courant conservateur comme il en existe de par le monde. C’est là un défi qui se pose d’abord et surtout aux personnes éclairées de cette mouvance. Auront-elles la volonté, le courage et la générosité nécessaires pour lancer un débat en leur sein et participer à l’effort d’adaptation général auquel invite la rue algérienne ? Il faut l’espérer.

En matière de destin collectif, l’Histoire reste la meilleure des écoles. Ce n’est pas la première fois que le tenants d’un ordre théocratique servent de béquille à un système autocratique à base militaro-policière. Ce sont eux qui ont assuré en 1963 de leur soutien indéfectible Ben Bella s’il retirait de la constitution le préambule sanctuarisant la démocratie écrit par Ferhat Abbas, alors président de l’assemblée nationale. Collusion qui provoqua la démission retentissante de ce dernier. En 1991, l’annonce faite officiellement par les vainqueurs du premier tour d’instaurer un pouvoir totalitaire a sauvé le système mis à mal par les marches pacifiques de citoyens démocrates. Provoquera-t-on une troisième irruption théocratique pour justifier un sursis autoritaire ? On en prend le chemin. Reste une donnée sur laquelle les artificiers complotistes, semblent être passés un peu trop rapidement. La rue algérienne qui adopte une méthode originale pour accomplir un destin longtemps contrarié, acceptera-t-elle de rester passive face à un autre projet liberticide contre lequel elle s’est mise en mouvement le 22 février 2019 ?

Il est temps de revenir à ce qui fonde toute démocratie : ses valeurs et principes universels auxquels doit souscrire sans réserve tout compétiteur politique. Cela passe par l’arrêt de l’entretien de postures, d’esquives, de propos ou d’initiatives équivoques qui nourrissent la confusion, poison historique de la vie publique.

Le 29 février 2020

5 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
5 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Larbi
1 année plus tôt

Quitter la scène politique algérienne, avec dignité, et honneur est une vertu,
Et une qualité
La vieillesse avance, irrémédiablement, avec ses changements de générations,
De politiques, et d’idéologie,
L’heure des changements, et des réformes a sonné, chez certains organisations, et partis
Omra, et Hadja, est à la portée de certaines catégories, pour se réconcilier,
Avec leurs consciences, et demander le pardon à leur bon Dieu, le tout puissant créateur

samou
samou
1 année plus tôt
Reply to  Larbi

omra et hadj pour ceux qui le veulent.il n appartient à personne de le leur suggérer.
Apres,le pays le plus puissant du monde, et donc le monde entier est dirigé par quelqu un plus vieux que le signataire de cet article

Benaldjia
Benaldjia
1 année plus tôt

En réponse à Said Sadi , « Confusion : un danger sur la révolution». La question est de savoir quel est le modèle politique qui peut constituer une alternative au système actuel ? Sinon, pourquoi nous opposer à ce système? Or ce système se dit démocratique, il s’appelle République algérienne démocratique et populaire. Cela nous amène à dire que le slogan ‘démocratie’ prôné par certains n’est qu’une clownerie ! Je ne vois aucun projet politique ni rhétorique convaincant, émanant de l’opposition bloquante, son projet reste anonyme ! Ce n’est pas pour rien, si l’opposition bloquante essaie de se rapprocher de… Lire plus »

abdou bouchenak
abdou bouchenak
1 année plus tôt

Chasser le naturel il revient au GALOP !! LES ALGÉRIENS sont vacciné s. Ils ont dépassés ce stade. Le Hirak se prépare pour d’autres Actions plus importantes, restons optimiste.

Saadi
Saadi
1 année plus tôt

Said SAADI ne peut jamais comprendre cette nouvelle Algérie capable de réconcilier ses enfants quelles que soient leurs convictions. Cette alliance dite « contre nature » entre islamistes et démocrates prouve que tout le monde a évolué et a compris que le problème fondamental est l’usurpation et l’exercice du pouvoir par un tyran et que la solution ultime est de restituer la souveraineté à son propriétaire « LE PEUPLE ». Celui qui est incapable D’évolution comme Said SAADI sclérosé par un dogmatisme dépassé, engourdi dans sa haine et le mépris de l’autre ne peut pas entraver la marche de l’histoire. L’usage abusif d’une phraséologie… Lire plus »

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

5
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x