Connectez-vous avec nous

Culture

« Vent divin » de Merzak Allouache en avant première nationale à Tizi Ouzou

La Rédaction

Publié

le

Vent divin de Merzak Allouache

Le dernier film long métrage du réalisateur Merzak Allouache « Vent divin » a été projeté samedi 16 février en avant première nationale à la cinémathèque de Tizi-Ouzou, en présence du réalisateur.

« Vent divin » de Merzak Allouache est une oeuvre d’une heure et 36 mn, en noir et blanc, qui dissèque la tragédie du terrorisme, vécue par l’Algérie dans les années 1990, à travers le destin tragique de deux jeunes, Amine et Nour, obnubilés par le radicalisme religieux et destinés au sacrifice.

Amine, incarné par Oughlis Mohand, personnage « effacé » parvient, grâce à son attachement à la vie et son refus de mourir, à tenir tête à Nour, campée par Sarah Laysac (franco-algérienne) qui était elle « une machine de guerre ». Un clin d’œil au radicalisme qui touche aussi la gente féminine.

A lire également : Du temps où le FIS a commencé à faire son cinéma !

Lors du débat ayant suivi la projection, Allouache, qui a avoué être resté sur sa faim en n’ayant pas pu tourner certaines séquences, a indiqué avoir voulu revenir à travers ce film sur « le spleen de la jeunesse qui veut se battre mais pas mourir ». S’agissant du choix noir et blanc, il a affirmé que « c’est un choix personnel pour éviter de verser dans le folklore et l’exotisme de la beauté du Sahara et d’oublier ce que je voulais dire à travers le film ».

Affirmant s’inscrire dans « un cinéma de la simplicité qui va à l’essentiel pour décrire la société algérienne », le réalisateur de « Omar Gatlatou » a déploré par ailleurs « la réalité du cinéma national qui, malgré les moyens mis dans la production d’un cinéma d’événements, manque de l’essentiel : la disponibilité de salles pour la diffusion ».

A ne pas rater : A revoir « Les vacances de l’inspecteur Tahar »

A ce propos, Salim Aggar, directeur du Centre algérien de cinématographie (CAC), présent à cette projection, a indiqué que son organisme organisera prochainement des cycles de projection des œuvres de Allouache à travers les 12 salles qu’il chapeaute à travers le pays.

Cette projection en présence de Allouache clos, justement, un cycle de projection du réalisateur organisé cette semaine au niveau de la cinémathèque locale.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires