Connectez-vous avec nous

Actu

Omar Rebrab à El Moudjahid : le gouvernement nous a débloqué bon nombre de projets

Publié

le

Omar Rebrab, DG de HMA
Le DG de HMA, Omar Rebrab, s'est montré très satisfait.

Le quotidien francophone gouvernemental El Moudjahid a ouvert dimanche 16 février ses colonnes au DG de Hyundai Motor Algérie (HMA), Omar Rebrab, le fils de Issad Rebrab, le patron de Cevital. Il en ressort un long entretien dans lequel Omar Rebrab affirme que le nouveau gouvernement lui a débloqué plusieurs projets. Synthèse

Il faut tout d’abord souligner que Omar Rebrab, le DG de Hyunda Motor Algérie (HMA) et fils du patron de Cevital Issad Rebrab, s’est montré tout au long de l’entretien accordé à El Moudjahid très satisfait des nouvelles relations avec les nouvelles autorités gouvernementales algériennes.

A une question d’El Moudjahid sur ses divers projets, Omar Rebrab se veut rassurant et surtout satisfait du nouvel exécutif. « Nous avons été reçus par le nouveau gouvernement qui nous a débloqué bon nombre de projets. Nos doléances ont été prises en considération et les choses sont en bonne voie », a répondu Omar Rebrab qui se félicite du « lien de communication (qui) s’est installé ».

A lire : Procès d’Issad Rebrab : les précisions de Cevital

« Nous avons été sollicités pour relancer nos investissements dans le domaine économique… Aujourd’hui, nous pouvons faire beaucoup plus, et nous avons eu des assurances que l’État ne bloquera pas nos projets d’investissement avec cette nouvelle équipe qui veut diversifier l’économie », déclare Omar Rebrab au journal El Moudjahid.

Concernant la marque Hyundai dont ils ont été dépossédés après près de 20 ans de représentation commerciale, Omar Rebrab dit qu’il a fourni toutes les preuves à la justice qui leur « a donné raison ».

« Nous n’avons jamais laissé tomber ce métier, puisque nous avons continué à assurer le service après-vente et la commercialisation de la pièce de rechange. Nous réalisons aujourd’hui un chiffre d’affaires de 3 milliards DA dans le domaine de la pièce détachée. Les distributeurs ont également repris contact avec nous. Actuellement, nous remettons à niveau nos ateliers et nous investissons dans ce créneau. Nous reprendrons bientôt la commercialisation des véhicules, puisque les infrastructures nécessaires existent », a indiqué Omar Rebrab.

A lire également : Affaire de montage de voitures : les révélations de Omar Rebrab

Pour Omar Rebrab, il est nécessaire de consulter les professionnels du secteur pour pouvoir définir une véritable industrie automobile en Algérie. « Les grands constructeurs négocient directement avec le gouvernement pour décrocher des facilitations et des avantages afin d’investir lourdement. En retour, le gouvernement exige de la valeur ajoutée à l’investisseur, à savoir répondre à la demande nationale, créer de l’emploi et exporter les véhicules», estime Omar Rebrab qui souligne l’importance d’investir dans le SAV, la sous-traitance et la fabrication de pièces de rechange.

Pour Omar Rebrab, l’Algérie doit d’abord commencer par la fabrication des « consommables, notamment les plaquettes de frein, les filtres, les bougies… » qui pourraient même être exportées et ensuite espérer aller vers « une industrie automobile ».  « Aujourd’hui, l’Algérie a les moyens de mettre en place une industrie de sous-traitance. Les entreprises compétentes existent, mais elles sont sous-utilisées », tranche Omar Rebrab.

A ne pas rater : Procès de Rebrab (Cevital) : plus de 792 millions DA de surfacturation !

A une question d’El Moudjahid sur l’intérêt de son groupe pour l’assemblage automobile, Omar Rebrab a été catégorique : « Cevital a toujours voulu faire de la construction, non du montage. » Et de révéler : « Nous avons eu des contacts avec Toyota et plusieurs autres constructeurs chinois qui sont venus nous voir pour un partenariat sérieux pour la production. Il faut savoir qu’il n’y a aucun intérêt pour l’Algérie dans le processus de montage. »

Pour Omar Rebrab, l’Algérie a besoin de projets qui créent de la richesse, ce qui «  ne sera possible qu’avec la production et l’exportation ».

« Nous sommes en négociation avec de grands constructeurs chinois pour un projet de production. Nous allons transférer chez nous des équipementiers et de la technologie utilisée par la maison mère, telle la ligne robotisée », révèle encore Omar Rebrab au journal El Moudjahid.

Synthèse I. F.

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
lahcine Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
lahcine
Invité
lahcine

qu’Allah aaza wa jal fasse qu’il y ai une bonne entente entre le gouvernement et son peuple afin que nous puissions enfin vivre en paix la paix des braves..et que les richesses de l’Algérie reviennent à part égale entre chaque Algérien car la souffrance de ce peuple depuis l’indépendance n’a que trop durée.. amine

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires