Connectez-vous avec nous

Actu

Les révélations de Saïd Bouteflika

Publié

le

Saïd Bouteflika

Saïd Bouteflika, l’ex-conseiller et néanmoins frère du président déchu Abdelaziz Bouteflika, a fait des révélations qui déstabilisent la justice militaire de Gaïd Salah, lave l’honneur de Louisa Hanoune et enfonce Abderezzak Makri, le président du MSP.

Alors que des observateurs misaient sur le grand déballage qu’allait faire le général Mohamed Mediène, dit Toufik, au regard de sa puissance et de son poste clé dans les rouages des institutions algériennes, c’est finalement Saïd Bouteflika qui fera des révélations qui vont secouer un peu les croyances et les lectures faites jusqu’à présent.

Le procès en appel qui s’est ouvert dimanche 9 février au tribunal militaire de Blida n’a certes pas tenu toutes ses promesses tout comme d’ailleurs celui des locataires de la prison d’El Harrach, mais il en ressort quelques miettes de vérité qu’il serait bon de souligner.

Tout d’abord, Saïd Bouteflika n’est pas aussi finissant qu’on le disait et surtout il a « toute sa tête », contrairement à ce qu’annonçaient des « observateurs » réputés être au fait des histoires du sérail.

Pourquoi un 5e mandat ?

Mais qu’est-ce qui a bien pu mener Saïd Bouteflika et son « clan » à pousser le bouchon au point d’aller vers un 5e mandat d’un Abdelaziz Bouteflika que tout le monde savait malade et considérablement diminué ?

L’homme, dont on dit qu’il aurait perdu la raison, accuse ouvertement l’ancien chef de l’état-major de l’ANP, le général-major feu Ahmed Gaïd Salah. Et tout le monde sait que c’est ce dernier qui a donné le tempo et mené la danse. Du moins, depuis le fiasco du 5e mandat.

« Mon frère Bouteflika, notre famille et moi-même étions contre le 5e mandat. C’est Gaïd Salah, qui s’est déplacé à Genève lors du séjour médicale de mon frère en Suisse, qui nous a forcé la main et obligé mon frère à se présenter pour la cinquième fois », aurait déclaré Saïd Bouteflika ce lundi 10 février au tribunal militaire de Blida.

Voilà une version qui accable un homme… mort et qu’il faudrait creuser plus tard pour avoir la conscience tranquille et surtout rétablir les faits. On sait qu’ils sont tous impliqués jusqu’au cou, mais il serait intéressant de connaître le fin mot de l’histoire. Juste pour l’Histoire.

Pourquoi Louisa Hanoune et pas Makri par exemple ?

Tout le monde sait que la justice militaire s’était acharnée contre Louisa Hanoune, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, qu’elle avait accablée. Elle avait d’ailleurs été condamnée à la réclusion criminelle pour « des faits commis dans une enceinte militaire qualifiés par la loi de crimes de complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité militaire et de complot contre l’autorité de l’Etat, faits prévus et réprimés respectivement par l’article 284 du Code de la justice militaire et les articles 77 et 78 du Code pénal », pour reprendre les termes du communiqué du tribunal de Blida en date du 25septembre 2019.

Tout cela pour avoir rencontré Saïd Bouteflika, le conseiller officiel et frère du président Abdelaziz Bouteflika, qui rencontrait tout le monde à l’époque des faits, notamment les présidents des partis politiques et même Gaïd Salah qui, faut-il le souligner, n’avait pas encore renoncé au 5e mandat !

 « J’avais une série de rencontres avec les responsables politiques et d’autres personnalités dont Abderrazak Makri et Louisa Hanoune », révèle Saïd Bouteflika au tribunal militaire de Blida. Pourtant, Makri du MSP était même partant pour une prolongation du 4e mandat de Bouteflika, contrairement à Louisa Hanoune qui était contre !

Et Louisa Hanoune d’expliquer : « Makri a jugé utile de faire un communiqué parce qu’il s’est entendu avec Saïd Bouteflika sur une période de transition d’une à deux années avec une prolongation du 4e mandat du président déchu. Ce n’était pas mon cas. J’avais, contrairement à lui, demandé une Assemblée constituante ».

Et c’est tout naturellement la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) Louisa Hanoune qui payera seule les frais, contrairement à Makri, qui ne sera nullement inquiété par la justice.

« Je me demande pourquoi avoir donné beaucoup plus d’intérêt à la rencontre avec Louisa Hanoune contrairement à celle avec Makri qui n’en a suscité aucun ! », s’est faussement interrogé Saïd Bouteflika, l’ancien homme fort d’Alger et faiseur d’oligarques.

Mais quelles sont toutes ses parties qui se réunissaient avec Saïd Bouteflika et les généraux Athmane Tartag et Mohamed Mediène, dit Toufik ? Il serait intéressant de les connaitre, rien que pour savoir qui roulait pour qui.

Amélia Guatri

2 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Boualem
Boualem
5 mois plus tôt

Louisa Hanoune et le general Tawfik

https://m.youtube.com/watch?v=ygbi-5xPIqM

Noreddine Nekrouf
Noreddine Nekrouf
5 mois plus tôt

Il fallait la dire qu’ant il était vivant

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

2
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x