Connectez-vous avec nous

Actu

Affaire du DG des douanes : Tebboune face aux vrais décideurs

Publié

le

Le président Abdelmadjid Tebboune est mis face aux vrais décideurs qui ne comptent pas lâcher certains secteurs sensibles, comme celui des douanes qui doit brasser des milliards de dollars.

La décision de nommer Hakim Berjouj comme nouveau directeur général des douanes, le lundi 3 février, à la place de Mohamed Ouaret qui a été limogé lors du Conseil des ministres présidé par Abdelmadjid Tebboune, n’a visiblement pas eu l’aval des décideurs ! Une affaire qui rappelle à bien des égards la désignation de Amar Bakhouche à la tête de l’ENTV, une nomination vite remise en cause par d’autres officines.

En effet, alors que Hakim Berjouj était officiellement installée, voilà que la « Direction générale des douanes » dément l’information le lendemain mardi dans un communiqué qui ne sera repris qu’aujourd’hui mercredi par l’APS.

« La Direction générale des douanes tient à préciser que M. Mohamed Ouaret exerce toujours ses fonctions en qualité de directeur général des douanes », rapporte l’agence de presse officiel qui cite un communiqué de la DG des douanes.

Il faut souligner que c’est un fait grave qui révèle toute la fragilité du système algérien et la vulnérabilité d’une institution de la République, comme la Présidence ! C’est la direction générale des douanes, censée être sous la coupe du ministère des Finances, qui dédit le Conseil des ministres qui, faut-il l’indiquer, est placé sous l’autorité du président de la République.

Bien sûr que des observateurs ne manqueront pas d’attirer les regards du côté de deux autres institutions, l’ANP et les Services de renseignement, qu’on accuse d’être derrière cette humiliation de la Présidence de la République.

Il faut rappeler que certains ministres sont carrément imposés par certains cercles, à l’instar de Yacine Oualid qui aurait été proposé par le DRS « les yeux fermés au président de la République sans prendre la peine de faire les enquêtes préalables ».

Voilà qui accrédite l’analyse selon laquelle le président de la République Abdelmadjid Tebboune n’est qu’une marionnette et n’a aucun pouvoir pour changer quoi que ce soit dans le système algérien. Ce qui donne des raisons supplémentaires au peuple de poursuivre le hirak.

A. Guatri

4 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Mellah hocine
Mellah hocine
5 mois plus tôt

Le hirak , véritable source du pouvoir, le savait et le criait à chaque occasion: Douala madania machi aaskaria !!!! Le hirak savait que l’Algérie vient d’hériter d’une marionnette au lendemain du 12 /12/19 sur ordre de l’état major.
D’autres déroutés attendent ce gouvernement par manque de légitimité. Il est grand temps de tourner le regard vers ce hirak qui ne veut qu’une Algérie apaisée et réconciliée avec elle même.

Baba
Baba
5 mois plus tôt
Reply to  Mellah hocine

Rapellez-vous ce qu’a répondu mouloud hamrouche à ses fans pour se présenter à la mascarade du 12/12:-même si je serai président je ne pourrais rien décider sans…..clair et net.

Mellah hocine
Mellah hocine
5 mois plus tôt
Reply to  Baba

Faire sortir les douaniers des zones sous douanes est un non sens. La police dans la zone sous douane est un non sens aussi. Mais comprendre par là , que la police couvre la 3aissaba alors que les douaniers oeuvrent par patriotisme. Le cinéma Algérien est aux portes de l’international. Un pouvoir militaire est capable de tout.

Medjahed
Medjahed
5 mois plus tôt

On vous connais vous êtes que des fils de frança pourritures

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

4
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x