Connectez-vous avec nous

Actu

L’Association des commerçants veut en finir avec les subventions du lait

Publié

le

Alors que le peuple algérien est occupé depuis près d’une année avec le hirak, ce mouvement populaire qui rêve d’une Algérie réellement démocratique et véritablement sociale, voilà que certains veulent tout simplement en profiter pour en finir avec la politique des subventions des produits de première nécessité, à la faveur de la tension actuelle sur le lait en sachet.

C’est le cas avec le président de l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), Hadj Tahar Boulenouar, qui estime que la solution pour en finir avec le phénomène « récurrent » des pénuries du lait en sachet, à moyen et à long termes, réside dans la révision du mode de subvention des produits de base à travers la libéralisation progressive des prix et l’octroi direct des aides aux catégories vulnérables.

Il s’agit là d’un élément clé dans le discours des libéraux qui estiment qu’il faut en finir avec les « transferts sociaux » qui coûteraient cher à l’Etat algérien en supprimant tout simplement les subventions aux produits de première nécessité comme le lait et le pain.

C’est ainsi que, comme d’habitude et à la moindre crise, on lorgne du côté des pauvres et non pas des riches, en estimant que l’Etat donne un peu trop aux couches les plus défavorisées !

Pourtant, il suffit que les services de l’Etat lèvent un peu la tête pour voir que ce sont les riches qui en profitent le plus, non pas pour subvenir à leurs besoins les plus élémentaires, mais pour faire des affaires et verser dans la spéculation !

La marge bénéficiaire que prennent les distributeurs du lait en sachet et qui serait à l’origine de la tension actuelle peut être revue à la hausse si les services de l’Etat se mettaient à faire payer les spéculateurs qui profitent des prix des carburants, de l’électricité, du gaz et de l’eau pour faire fonctionner leurs petites affaires !

Au lieu d’envier les pauvres familles pour le sachet de lait ou la baguette dont les prix sont subventionnés, Hadj Tahar Boulenouar et les commerçants et les artisans qu’il dit représenter devraient commencer par s’appliquer la vérité des prix dans leurs propres activités.

I. Farès

2 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Gouani mohamed
Gouani mohamed
1 année plus tôt

Chapeau monsieur Farès i, très bonne analyse au dépend du faux représentant boulenouart

Bouhedadja
Bouhedadja
1 année plus tôt

Le point de vue de Mr le représentant des commerçants est tout à fait logique et respectable.
Il demande à l’état de changer la formule de soutien des prix qui ne génèrent que de la spéculation et ceci depuis des décennies.
Un soutien direct des familles en difficulté ou dans le besoin est bien plus indiqué.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

2
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x