Connectez-vous avec nous

Actu

Le Hirak se porte bien, merci !

Publié

le

Le Hirak a redoré le blason de la vie publique algérienne, il a également mis à nu les desseins machiavéliques d’un pouvoir qui se croyait éternel et c’est grâce à ce mouvement pacifique sans précédent que les algériens ont retrouvé le dire et le sourire.

Le Hirak n’a pas besoin de chefs, à l’image de ses « chefs », qui, de l’indépendance à nos jours n’ont jamais eu besoin du peuple… N’en déplaise à David ! La pression de ce mouvement pacifique suffit largement à donner la frayeur aux nouveaux maîtres des lieux.

Par des moyens malsains, ce pouvoir essaie de briser ce mouvement, aussi diversifié soit-il, en l’incitant sans cesse à choisir son commandement, non sans arrière-pensée, puisque ce pouvoir mise sur la « guerre » du ledearcheap pour miner le mouvement. L’Aârouch, qui s’en souvient ?

Que le président Tebboune et tous ceux qu’ils l’ont accompagné dans cette élection générique doivent savoir que c’est grâce au Hirak qu’ils sont à la tête de ce pays.

Sans ce mouvement salutaire, où en serait-on aujourd’hui ? La réponse est simple : vers la fin de l’an 1 du cinquième mandat avec les Ouyahia, Sellal, Haddad et d’autres disciples agenouillés face au cadre.

Pire que les bonimenteurs d’une marchandise avarié, en 20 ans, les Bouteflika et les vautours qui gravitaient autour de la secte de Oujda ont réussi à hypnotiser la société algérienne par les menaces, la corruption et le chantage, sous l’œil moqueur de nos voisins.

La bande a également réussi à asservir ensuite à dompter une grande majorité d’Algériens, toutes tendances confondues, avant de broyer la dignité des gens autrefois debout, les mettant à genoux !

Et malgré les pratiques détestables de l’ancien régime médiatisés par les ressources du contribuable, rien ne semble avoir changé au niveau de ses médias lourdement mensongers.

Aujourd’hui même, le système médiatique à la Staline n’a pas changé d’un iota lui aussi, ouverture d’istikbalates présidentielles garnies d’images toutes vertes de militaires toujours sans sourire pour rappeler à qui de droit, que l’homme vert qui a ratifié les élections présidentielles du 12/12 n’est pas encore près à rejoindre son quartier général : la caserne !

En revanche, pas une seule minute consacrée aux contestataires pacifiques qui battent le pavé depuis bientôt une année. Ingratitude ! Une croisade des médias publics contre le Hirak qui ne dit pas son nom.

A voir la tranche calvairique de ses aliborons présentateurs dévoués à l’excès de zèle, ses travestis-diseurs aux visages antipathiques, familiers de la langue de bois, on n’a envie de vomir cette télévision qui mythonne sans cesse une propagande d’un débat piètre et mesquin.

Libérez les détenus ! Libérez les médias ! Libérez la justice ! Mettez le FLN au musée… l’Algérie se porterait bien !

Nacer Azzoug

1 Commentaire
S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Mellah hocine
Mellah hocine
8 mois plus tôt

Analyse de haut niveau qui nous montre qu’un peuple , s’il le veut, peut . L’actuel président doit le savoir que c’est grâce à ce mouvement populaire qu’il se retrouve à ce poste. Une dette morale qu’il se doit de régler en écoutant les revendications et en libérant tous les détenus d’opinion . Le président doit savoir que les revendications ne feront qu’assoir la démocratie et la notion de responsabilités, ce qui , de fait régénérera cette confiance perdue depuis 1962. Chiche , reposez vous , monsieur le président , sur votre peuple.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

1
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x