Connectez-vous avec nous

Actu

Tebboune recevra les médias publics et privés ce mardi

Publié

le

M. Abdelmadjid Tebboune recevra, mardi 21 janvier, au siège de la présidence de la République, une délégation de directeurs et responsables de médias publics et privés, a indiqué ce jeudi 26 janvier un communiqué de la présidence de la République.

Cette rencontre entre Abdelmadjid Tebboune et les responsables de médias publics et privés « sera une occasion pour éclairer l’opinion publique nationale sur les questions de l’heure au double plan interne et externe », a précisé le communiqué.

Le communiqué de la présidence repris par l’APS indique que cette rencontre s’inscrit dans le cadre des engagements du président de Abdelmadjid Tebboune sans donnes plus de précisions sur les médias qui seront reçus.

Cette audience sera suivie par d’autres entretiens avec des journalistes et des responsables d’organes de presse, a conclu le communiqué.

Pour rappel, « Abdelmadjid Tebboune avait annoncé la tenue de rencontres périodiques avec la presse pour expliquer la situation générale, requérant la pondération et la sérénité, pour répondre à toutes les questions de la presse », avait indiqué fin décembre la Direction de la presse et de la communication de la présidence de la République qui annonçait « l’accréditation prochaine de journalistes de différents médias pour la couverture des activités présidentielles, sans distinction ou exclusion aucune ».

Il est clair que le président et son entourage sont dans une logique d’assainir le secteur de l’information et d’améliorer la communication officielle qui, faut-il le souligner, était quasiment inexistante.

Les journalistes doivent-il s’en réjouir ? Il est trop tôt pour se prononcer. Certes, il faut que les journalistes et tous les travailleurs de la presse soient protégés des appétits voraces des marchands de l’information qui ont fait main basse sur le secteur. Mais il est fort à craindre que cette protection se fera au prix de la liberté de la presse et du droit à l’information. L’arrestation du journaliste Khaled Drareni et « le dernier avertissement » qu’on lui a donné, le 9 janvier dernier, sont là pour nous rappeler que le chemin est encore long.

I. Farès

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Mellah hocine Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mellah hocine
Invité
Mellah hocine

De Quels médias ,il s’agit ? Existe t il un média digne de ce nom en Alger ? La rue les a comdamnes pour avoir joué à l’autruche depuis le 22 Février 2019. Un coup d’épée dans l’eau pour Le président Tebboune car ces « medias » n’ont aucun impact sur le peuple . Il suffisait de voir le volume des ventes , chez les buralistes, pour comprendre que ces médias ne sont l’émanation du peuple. Les chaînes de TV publiques ou privées sont carrément zappees au profit de deux chaînes qu’on ne nommera pas, qui ne diffusent pas d’Algérie.

Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires