Connectez-vous avec nous

Actu

Hirak : qui veut écarter les revendications sociales ?

Publié

le

Le discours consistant à écarter à tout prix les revendications sociales du mouvement populaire, dit hirak, pour soi-disant n’en laisser que les questions d’ordre politique, commence à se propager dangereusement.

« Nos revendications sont politiques et non sociales », c’est l’un des slogans du hirak inscrits en gros caractères sur l’une des banderoles brandies fièrement par des citoyens ce vendredi 10 janvier. Comme si les citoyens sortaient juste pour des mots d’ordre politique, du genre « Etat civile et non militaire » ou encore « démocratie », et ne s’intéressent pas à leurs conditions socio-économiques !

Ce qui est complètement faux car ce qui motive le plus les masses et les fait sortir et réagir, ce ne sont pas les mots d’ordre creux, mais des questions concrètes comme les salaires, l’emploi, le logement et une vie meilleure… Des questions de première importance que les masses associent consciemment ou non au « changement de système ».

Changement de régime et « yatnahaw gaa » signifient aussi en finir avec le système d’exploitation dont sont victimes les travailleurs et les travailleuses, les chômeurs, les femmes, les paysans…

Il s’agit de changer l’ordre politique qui exclue la majorité du peuple algérien de la « gestion des affaires de la cité » et de renverser l’ordre social et économique bâti en fonction des intérêts d’une minorité d’Algériens, ces nouveaux colons qui considèrent que la majorité des Algériens et des Algériennes est à leur service !

Ces nouveaux colons estiment que l’argent du pétrole ne devrait plus aider les entreprises publiques « budgétivores » qu’il « faut d’ailleurs fermer » mais doit aller aux patrons pour développer les entreprises privées et « créer de l’emploi », comme le préconisent les néolibéraux !

Ces nouveaux colons estiment qu’il faut changer la loi du travail pour consacrer « la flexibilité » et qu’il faut avoir le droit de licencier les travailleurs pour pouvoir créer plus de postes d’emploi, conformément à la logique absurde des néolibéraux !

Ces nouveaux colons estiment que l’argent du pétrole ne devrait plus aller à la satisfaction des besoins de la majorité du peuple sous forme de « transferts sociaux » mais doit être réservé à aider les pauvres patrons à investir, à importer, à « travailler », comme le préconisent encore les néolibéraux !

Ces nouveaux colons veulent en fait en finir avec les « transferts sociaux » pour tous pour n’en laisser que les « transferts sociaux » pour eux seulement, comme le préconisent les néolibéraux qui veulent à tout prix écarter du hirak les revendications sociales !

Enfin, il faut dire qu’écarter les revendications sociales revient à chasser du mouvement populaire les travailleurs et les travailleuses dont l’absence en tant que tels explique en partie la crise de perspective du hirak.

Fenzi Mourad

2 Commentaires

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
lamia hanniche Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
lamia hanniche
Invité
lamia hanniche

Merci pour cette article .

lamia hanniche
Invité
lamia hanniche

Merci pour cet article

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires