Connectez-vous avec nous

Actu

Salah Goudjil (90 ans) reste président du Sénat !

La Rédaction

Publié

le

Abdelkader Bensalah a fait savoir dans une lettre à Abdelmadjid Tebboune sa volonté de mettre fin à son mandat à la tête du Conseil de la nation, indique samedi 4 janvier un communiqué de la Présidence de la République. De fait, Salah Goudjil en est le premier bénéficiaire.

Très malade, Abdelkader Bensalah se retire donc de la politique en renonçant à reprendre la présidence du Sénat qu’occupe Salah Goudjil par intérim pendant que le premier était président.

Mais à la lumière de ce courrier transmis au président Tebboune, sauf surprise, Salah Goudjil restera président du Sénat. Malgré son âge quasi-canonique, soit 90 ans, Salah Goudjil n’entend pas lâcher les arcanes du pouvoir.

Ce cacique du FLN a été choisi, en sa qualité de doyen des sénateurs, pour prendre l’intérim à la tête de la deuxième chambre après l’activation de l’article 102 de la Constitution – qui avait entraîné, le 2 avril 2019, la démission du président Abdelaziz Bouteflika, et son remplacement officiel quelques jours plus tard par Abdelkader Bensalah.

L’homme aura connu l’époque du colonel Boumediene, celle de Chadli, et les suivantes, réussissant à chaque fois à se frayer un chemin dans les couloirs lambrissés du pouvoir. Dans un pays particulièrement jeune, cette information ne manquera pas d’irriter plus d’un.

Nous publions ci-dessous le message de Bensalah au président Tebboune.

« Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu une lettre de l’ex-chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah l’informant de sa volonté de mettre fin à son mandat à la tête du Conseil de la nation », précise le communiqué qui ajoute que « le Président de la République lui a adressé la réponse suivante: « M. Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation, Cher frère, Vous m’avez informé par le biais de votre correspondance du 29 décembre 2019 de votre volonté de mettre fin à votre mandat à la tête du Conseil de la nation.

En vous remerciant de m’informer en premier de votre décision, je tiens à vous réitérer ma profonde gratitude et la reconnaissance de la patrie pour votre dévouement et abnégation au service de l’institution parlementaire, de l’Etat algérien et de notre peuple.

L’histoire retiendra, incontestablement, que vous n’avez eu de cesse d’être l’homme de la situation à chaque fois que le pays a fait appel à vous.

Veuillez agréer M. le président, l’expression de mes sentiments respectueux ».

2 Commentaires

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
2 Commenter les auteurs
Farida BouachiMellah hocine Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mellah hocine
Invité
Mellah hocine

Peut on vraiment descendre les marches en Algérie ? Après avoir goûté aux délices du poste de président , même si de l’État seulement , Bensalah ne pourra jamais redescendre à un poste inférieur. La culture du pouvoir en Algérie rend ses acteurs avides. Bensalah et les autres ne pourront jamais reprendre leurs activités d’origine, c’est le cas des 790 ministres qui ont préféré quitter le pays que vouloir reprendre leur poste d’origine.

Farida Bouachi
Invité
Farida Bouachi

Encore une vieille carcasse d’un viel âne a moitié mort. On l’appelera « peau d’âne ».

Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires