Connectez-vous avec nous

Monde

Accords Tripoli-Ankara : un dirigeant pro-Haftar à Chypre

La Rédaction

Publié

le

Le président du Parlement libyen, Aguila Saleh, basé dans l’est de ce pays divisé entre autorités rivales, est en déplacement à Chypre pour examiner les répercussions d’accords controversés signés entre la Turquie et le gouvernement d’union (GNA) basé à Tripoli (ouest).

Samedi, M. Saleh s’est entretenu avec son homologue chypriote Demetris Syllouris pour lui exposer « la réalité de la situation » à Tripoli, siège du GNA, « où des milices reçoivent un soutien étranger », a indiqué Hamid al-Safi, conseiller de M. Saleh, à la presse à Benghazi (est).

Le Parlement élu basé dans l’est libyen ne reconnaît pas la légitimité du chef du GNA, Fayez al-Sarraj, et soutient un gouvernement rival basé lui aussi dans l’est et l' »Armée nationale libyenne » (ANL) autoproclamée du maréchal Khalifa Haftar. Ce dernier a lancé en avril une vaste offensive pour s’emparer de Tripoli, mais les combats se sont rapidement enlisés en banlieue de la capitale libyenne.

M. Saleh, arrivé vendredi à Chypre « à l’invitation officielle de son homologue », doit notamment évoquer durant son séjour sur l’île méditerranéenne « les moyens d’annuler » les deux accords controversés signés fin novembre entre Ankara et Tripoli.

L’un porte sur la souveraineté maritime et permet à Ankara de faire valoir des droits sur des vastes zones en Méditerranée orientale riches en hydrocarbures, au grand dam de la Grèce, de l’Egypte, de Chypre et d’Israël.

L’autre, sur la coopération militaire, traite de l’aide que la Turquie pourrait apporter au GNA dans sa lutte contre les troupes du maréchal Haftar, soutenues pour leur part par l’Egypte, les Emirats arabes unies et la Russie.

Selon M. Safi, le président du parlement libyen « a explicitement demandé au parlement chypriote de retirer sa reconnaissance du GNA, parce qu’il a perdu sa légitimité (…) et parce qu’il veut vendre la Libye aux étrangers ». Toutefois, il faut rappeler que l’Est de la Libye regorge aussi d’unités étrangères. Dont celles venus de Russie. Le maréchal autoproclamé Haftar reçoit une aide importante des Emirats arabes unis, de l’Arabie saoudite et de l’Egypte voisine. On aura compris que chaque camp fourbit ses armes et se renforce en vue d’une affrontement prochain.

Membre de l’Union européenne, Chypre n’entretient aucune relation diplomatique avec la Turquie, qui occupe la partie nord de l’île divisée.

Nicosie et Ankara sont actuellement en profond désaccord sur la question des ressources énergétiques au large de l’île, et Chypre a indiqué au début du mois avoir saisi la Cour internationale de justice (CIJ) à propos de ce différend.

Un accord sur un projet de gazoduc, EastMed, doit être signé entre la Grèce, Chypre et Israël le 2 janvier à Athènes. La rédaction avec AFP

Cliquez pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x