Connectez-vous avec nous

Actu

Les baltaguia entrent en scène

La Rédaction

Publié

le

Ce vendredi 45 a été aussi puissant que les précédents, estime Lahouari Addi. Aucun affaiblissement dans la mobilisation populaire n’est à signaler. Le politologue rappelle que les baltaguia n’auront pas raison du Hirak.

Les autorités espéraient que le Hirak meure après la mort de Gaïd Salah. Il n’en est rien. Le bras de fer continue et la mort de Gaïd Salah a montré que les Algériens n’ont pas de problème avec les responsables en tant qu’individus mais ils en veulent à un système politique qui les empêche de contrôler leur Etat en élisant leur président et leurs députés.

Le pouvoir reste dans le déni de la réalité et use d’un moyen qui risque de mener vers la violence. Des baltaguia, sous la protection de la police, attaquent des manifestants dans plusieurs villes.

Cette stratégie n’a aucune chance de succès car les baltaguia sont très peu nombreux. Ils ne peuvent ni arrêter le hirak ni intimider les manifestants.

Le hirak est une conscience collective qui trouvera le moyen de neutraliser cet obstacle. Des photos de baltaguia circulent déjà sur les réseaux sociaux, ce qui les fragilise à titre individuel. Lahouari Addi

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Vous recevez les derniers articles dans votre boite de réception

Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires