Connectez-vous avec nous

Actu

Avenir de l’Algérie : des questions après la mort du général Gaïd Salah

La Rédaction

Publié

le

L’Algérie enterre ce mercredi 25 décembre Ahmed Gaïd Salah. La cérémonie de funérailles a débuté avec l’arrivée de la dépouille du chef de l’état-major au Palais du peuple à Alger.

La disparition brutale de l’homme fort du pays va-t-elle changer la donne sur la scène politique algérienne ? Quelle sera la marge de manœuvre pour le nouveau président Abdelmajid Tebboune élu avec l’appui de l’armée ?

Depuis des décennies, des généraux de l’armée sont au cœur du pouvoir en Algérie. Avec le début du Hirak, il y a dix mois, le général Ahmed Gaïd Salah s’est propulsé sur le devant de la scène. C’était lui qui prenait toutes les décisions politiques, lui encore qui s’adressait régulièrement aux manifestants. Après sa disparition : « il n’y aura ni rupture ni changement, mais une continuité » affirment des analystes.

Le système change de peau, mais pas d’âme

Certains espèrent que cette disparition donnera plus de liberté au nouveau chef de l’État Abdelmajid Tebboune. Mais la marge de manœuvre semble aujourd’hui réduite. Il est pris en tenaille entre les exigences de l’armée et les aspirations du peuple.

« Il est clair que la disparition d’un homme qui a concentré l’essentiel du pouvoir pendant bientôt une année entre ses mains ne manquera d’induire des évolutions dans le sérail », estime Said Sadi, membre fondateur et ancien président du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) .

Les manifestants n’oublient pas que Tebboune a été choisi par les généraux. Le président, selon eux, « doit sa victoire aux généraux et leur sera toujours reconnaissant ». Lucides, ils rappellent que le système a toujours réussi à survivre en changeant de peau, sans jamais changer d’âme.

Le chef d’état-major de l’armée avait toujours agi en concertation avec un nombre restreint de généraux. C’est eux qui continueront à peser sur les orientations politiques du pays.

Ahmed Gaïd Salah, on le sait, avait déjà prévu de passer la main à Said Chengriha, nommé ce lundi 23 décembre chef d’état-major de l’armée par intérim. RFI

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Dr Abdelkader Saadallah Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Dr Abdelkader Saadallah
Invité
Dr Abdelkader Saadallah

Une donnée nouvelle à inclure obligatoirement dans nos analyses de la situation en Algérie. Bien sûr il s’agit de la mort de Gaid Salah (23/12/2019). La question des causes de sa mort, crise cardiaque naturelle ou « provoquée », est à mon avis déjà dépassée et appartient aux journalistes et aux historiens de notre époque. Ce qui me semble certain est que son influence directe sur l’organe qui dirige effectivement le pouvoir actuel, c’est-à-dire le Haut Commandement de l’Armée, est amoindrie. Il ne faut pas oublier que c’est encore un effet du Hirak qui inlassablement par ses pressions hebdomadaires, a entrainé depuis… Lire plus »

Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires