Connectez-vous avec nous

Actu

Qui est Saïd Chengriha ?

Publié

le

Saïd Chengriha est nommé ce lundi 23 décembre 2019, chef d’État-Major de l’Armée nationale populaire (ANP) par intérim par le président Abdelmadjid Tebboune, succédant au général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah décédé des suites d’une attaque cardiaque.

Qui est Saïd Chengriha dont on dit qu’il est plus instruit, moins brutal et moins enclin à l’implication des militaires dans les affaires politiques et quel a été son parcours ? Portrait.

Saïd Chengriha est né le 1er août 1945 à El Kantara, dans le sud-ouest des Aurès, à 52 km au nord de Biskra et à 62 km au sud-ouest de Batna. Il a une formation d’officier d’infanterie (blindé) et suivi des cours d’état-major à l’académie russe de Vorochilov pendant les années 1970.

Saïd Chengriha a également participé à la guerre du Kippour, en 1973, entre Israël et la coalition arabe menée par l’Egypte et la Syrie. Il a été au front du Sinaï, en Égypte, au sein d’un bataillon détaché par la fameuse 8e BB (Brigade blindée).

Selon le site d’information Menadefense, le général Saïd Chengriha a commandé un bataillon de chars de la 3e région militaire, avant de devenir chef d’état-major de la 8e brigade blindée. Il a ensuite occupé le poste de chef d’état-major de la 8e division blindée à Teleghma dans la 5e région militaire.

Selon le site d’information Algeriepart qui donne un peu plus de précisions, Saïd Chengriha, « lieutenant-colonel et chef d’état-major de la 1ère division blindée installée à Bouira en 1993 », « avait dirigé le poste avancé à Lakhdaria du Secteur opérationnel de Bouira (SOB) en pleine lutte anti-terroriste, sous la supervision du général Abdelaziz Medjahed ». Le même site indique qu’il a été « nommé Colonel puis Général en 1995, avant d’être envoyé vers la 2ème région militaire, où il a occupé les postes de commandant de la 8e brigade blindée et de commandant du Secteur opérationnel de Sidi-Bel-Abbès (SOBA) et le Secteur Opérationnel de l’Ouest Algérois (COWAL) ».

Saïd Chengriha a été promu général-major en 2003 avant d’être nommé chef de la 3e région militaire de Béchar de 2004 à 2018. La 3e région militaire, dite « très sensible », a pour mission, indique le site Algeriepart, « la surveillance des frontières dans le sud-ouest algérien, la sécurisation de la région de Tindouf, la lutte contre le trafic et la contrebande ainsi que des mouvements de troupes terroristes aux frontières ouest algériennes ».

Saïd Chengrina est ensuite nommé commandant des forces terrestres en août-septembre 2018, en remplacement du général-major Lahcene Taffer dans le cadre d’un large mouvement ayant touché plusieurs Régions militaires et directions centrales au ministère de la Défense nationale.

Saïd Chengriha serait connu pour ses « qualités de stratège militaire » et n’aurait « jamais eu à gérer les achats militaires ou les relations extérieures de l’ANP », à en croire le site Menadéfense qui ajoute qu’il « a très longtemps travaillé à la sécurisation de la frontière Ouest et a accompagné les changements stratégiques qu’a connu l’ANP à partir de 2010 et le redéploiement vers les frontières Est et Sud ».

Pour Abdou Semmar, la nomination de Saïd Chengriha à la tête de l’état-major de l’ANP serait une « chance pour l’Algérie » de sortir du blocage actuel et d’aller vers un nouveau système politique plus ouvert. Selon le journaliste d’Algeriepart très au fait des affaires du sérail, Saïd Chengriha serait beaucoup moins brutal, contrairement à son prédécesseur Ahmed Gaïd Salah connu pour ses sautes d’humeur et ses brutalités légendaires.

Saïd Chengriha serait, à en croire la même source, moins enclin à l’implication des militaires dans les affaires politiques et aurait été en désaccord avec feu Ahmed Gaïd Salah quant à l’incarcération des militants du hirak pour leur opinion politique ou pour port de drapeau amazigh.

Synthèse Fenzi Mourad

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires