Connectez-vous avec nous

Actu

Présidentielle : Bengrina révèle et accuse

Publié

le

Abdelkader Bengrina, candidat malheureux à la présidentielle du 12 décembre, largement rejetée par les Algériens, découvre finalement qu’il y a eu fraude électorale. Hallucinant !

Arrivé 2e lors de l’élection présidentielle, selon les résultats officiels, le président du Mouvement pour la construction nationale (MCN), Abdelkader Bengrina, monte au créneau pour apprendre aux Algériens la machination qui a été mise en place pour élire Abdelmadjid Tebboune.

Pourtant tout le monde savait que la présidentielle sera truquée, que c’est le même système qui se reproduit, que c’est Tebboune qui allait sortir des urnes et que, pour toutes ces raisons, la position politique la plus juste était de s’opposer à la tenue de cette mascarade électorale de se battre pour l’élection d’une Assemblée constituante souveraine.

Mais il se trouve que certain font semblant de découvrir l’arnaque après coup. Pendant que Ali Benflis, le lièvre attitré du système et éternel perdant, fait profil bas et se retire de la vie politique, le président du Mouvement pour la construction nationale (MCN), Abdelkader Bengrina joue à la vierge effarouchée !

En effet, dans l’espoir de se placer en bon lièvre pour les prochaines consultations, Bengrina, en bon candidat du système, faisant semblant de jouer à l’opposant comme l’avait fait son collègue Benflis, est monté au créneau pour menacer et accuser Noureddine Bedoui et son ministre de l’Intérieur d’avoir fraudé.

Contrairement aux beaux discours du président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Chorfi, qui n’est autre que l’ex-conseiller à double reprise du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, de 1999 à 2002 et de 2009 a 2012, voir même son ancien ministre de la Justice dans deux gouvernements (2002 à 2004) et (2012 a 2013), le candidat à la présidence, Abdelkader Bengrina, a affirmé, lors de sa dernière conférence de presse, que l’élection présidentielle du 12/12 étaient entièrement truquées avec le concours du Premier ministre Noureddine Bedoui et de son fidèle complice, le désormais ex-ministre de l’Intérieur Salaheddine Dahmoune,

L’intervenant qui dit détenir plusieurs rapports liés aux manœuvres de fraude, en accusant ouvertement quelques walis et d’autres personnalités influentes, s’est engagé à saisir la justice à l’encontre de tous ceux qui ont tenté de truquer les élections au profit des deux candidats du régime, à savoir, Abdelmadjid Tebboune et Azzedine Mihoubi, 

Qu’importe ces déclarations maintenant que les jeux sont faits. Bengrina comme Benflis, Mihoubi et Belaïd ont cautionné un scrutin vicié d’avance. Après avoir méprisé les millions d’Algériens, personne aujourd’hui ne prendra au sérieux leurs déclarations.

I. Farès

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Cheikh Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Cheikh
Invité
Cheikh

Une seule phrase résume le tout : « Trop poli pour être honnête » Ce lièvre servira de bouc émissaire pour ceux qui l’ont créé ! Il n’y aurait aucun cul-de-fosse pour cet attardé mental ?

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires