Connectez-vous avec nous

Actu

Abdelmadjid Tebboune disposé au dialogue avec le hirak

La Rédaction

Publié

le

Lors de sa première conférence de presse, le président de la République Abdelmadjid Tebboune, contesté par le mouvement populaire, s’est exprimé sur plusieurs questions d’actualité brûlante et préoccupant l’opinion publique au premier degré, à commencer par la contestation populaire contre le système politique régnant depuis l’indépendance.

A ce sujet, M. Tebboune s’est dit entièrement disposé au dialogue avec toutes les parties composant le hirak, quelle que soient les divergences. Le nouveau président déroule ses ambitions et distribue beaucoup de bonnes paroles à un peuple en attente de beaucoup d’avancées.

Première promesse à sujet, « la levée des injustices subies par les citoyens ». M. Tebboune a déclaré qu’il pourra demander à la justice de reconsidérer les dossiers de ceux se sentant lésés dans ce contexte. Tebboune parle-t-il aussi des détenus d’opinion, l’une des revendications majeures du hirak (contestation populaire) ? Rien ne l’indique pour le moment.

Pas de grâce présidentielle dans les affaires de corruption

L’indispensable précision a été aussitôt apportée par le conférencier : il n’est pas question de la libération de ceux impliqués dans les affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics. La « grâce présidentielle ne touchera pas les personnes impliquées dans des affaires de corruption », a-t-il clairement précisé de prime abord, avant d’ajouter que pour le reste, « des solutions doivent exister en concertation avec toutes les parties ». Ceci tout en assurant que « la lutte contre la corruption va se poursuivre ».

Quant aux priorités exprimées, il a évoqué, entre autres, des réformes qui toucheront la Constitution et la Loi électorale. Ce qui signifie qu’il restera dans le style Bouteflika et qu’il ne sera pas question de changement fondamental, alors que l’opinion publique l’attend justement sur la question de l’Assemblée constituante souveraine pour tracer les contours institutionnels et politiques de la nouvelle République algérienne réellement démocratique et véritablement sociale et populaire.

Il a aussi annoncé la nomination d’un nouveau gouvernement dont il n’a cependant pas caché la difficulté de sa constitution. A ce sujet, il a promis des «surprises» quant à l’âge des futurs ministres. «Il y aura de jeunes femmes et des jeunes hommes qui vont vous surprendre», a-t-il précisé.

Mais pour l’orientation économique libérale et les lois anti-nationales et antipopulaires, dont la LF2020 et la loi sur les hydrocarbures, Tebboune n’a rien dit, alors que ce sont les conditions socio-économiques induites par le libéralisme, conjuguées à l’autoritarisme politique, qui sont à l’origine de la grogne sociale et politique et qui ont donné naissance aux oligarques.

Appel aux jeunes à investir la vie politique

Pour un renouveau de la vie politique, le président élu a vivement exhorté les jeunes à se présenter aux prochaines élections en garantissant le financement de leurs campagnes sur des fonds publics pour une réelle indépendance des milieux politique et financier.

A une question concernant la communauté nationale établie à l’étranger et relative à l’épineuse préoccupation de rapatriement des dépouilles mortelles de nos ressortissants, le président fraichement élu s’est tout de suite engagé à la prise en charge des frais par l’Etat algérien.

Les frais de rapatriement de nos ressortissants décédés à l’étranger pris en charge par l’Etat algérien, a-t-il promis.

L’urgence d’un «dialogue sérieux»

Tout en louant la dynamique salvatrice du hirak, Abdelmadjid Tebboune a insisté à inviter ses acteurs à un « dialogue sérieux » pour l’intérêt de l’Algérie.

« Je m’adresse directement au hirak, que j’ai à maintes reprises qualifié de béni, pour lui tendre la main afin d’amorcer un dialogue sérieux au service de l’Algérie et seulement l’Algérie », a déclaré Abdelmadjid Tebboune.

Avec APS

3 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Alii Mekaoui
Alii Mekaoui
7 mois plus tôt

ha ha ha pauvre chien bâtard de fils de pute de sale guignol de pseudo président a tebboune (…) le peuple ne t’as pas élu ceux sont ces chiens de généraux bâtards (…) de voleurs mafieux corrompues qui t’ont placé placé sale vendeur de cocaîne le peuple n’as pas besoin de ta sale main dégueulasse vive le peuple l’union et le hirak le combat continue …

Alii Mekaoui
Alii Mekaoui
7 mois plus tôt

le chien qui se prend pour un président

Zohra MAHI
Zohra MAHI
7 mois plus tôt

Le niveau des intervenants est pour le moins surprenant comme est surprenante la complaisance avec laquelle ce genre d’éructation est admise par les modérateurs du site . Passons… Sur l’article lui même le président élu ( fraichement ou pas franchement on s’en fiche) qui a donc la légitimité des urnes même si les votants n’ont pas l’insigne honneur d’appartenir à la communauté élue et bénie Kabyle; il y a quantité d’affirmations, de conclusions et de raccourcis pour le moins stupides. Sur l’orientation libérale, j’ai entendu comme tout le monde l’allocution du président et je n’ai pas entendu qu’il faisait la… Lire plus »

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

3
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x