Connectez-vous avec nous

Actu

Mouvement populaire : s’engager autrement

Publié

le

Les élections n’ont pas eu lieu, mais la désignation s’est faite au forceps sur injonction de l’état-major qui veut retourner rapidement dans la posture qui a toujours caractérisé le système politique algérien : un pouvoir des militaires avec une façade civile dont « l’heureux » élu n’a le droit d’agir que dans la limite du degré de liberté fixé par un cahier de charges fixé à l’avance.

Tebboune qui vient d’enfiler le costume va se prêter au jeu du marionnettiste et amuser la galerie officielle de chef de l’État pour un temps donné.

Nous ne savons pas encore , si après cette imposture électorale, le Chef d’état-major va continuer ses discours de caserne et habiter dans les écrans de l’ENTV, ou bien va-t-il s’effacer comme le veut la tradition politique du système.

L’essentiel est qu’aujourd’hui le pouvoir est devant une nouvelle impasse car en accréditant que Tebboune a été élu par le peuple, avec bien sur un taux de participation aussi farfelu qu’imaginaire, il est bien obligé de  » faire avec » même si, au premier jour, le nom du désigné est déjà houspillé et confondu à la cocaïne par la vox populi du Hirak.

Un président élu à 58% devait normalement avoir droit au moins à quelques klaxons d’un cortège d’une mariée, mais à la place se sont les cris de colère qui ont animé les marches grandioses de la contestation aujourd’hui. Son staff de campagne serait d’ailleurs mal inspiré de lui suggérer de faire un bain de foule pour donner des mains à ses supporters dans les artères de la capitale.

Si ce ne n’étaient pas les graves risques que fait encourir à la nation ce processus de désignation du 8ième président, tout cela peut bien prêter à sourire, d’autant qu’on est dans une révolution qui porte le nom. Mais nous n’avons pas le droit de nous y attarder car de grandes questions se posent sur le mouvement populaire, notamment sur les modalités de sa pérennité dans le temps.

La Saison 2 du « hirak » vient de commencer, et comme pour tout projet nécessite un scénario, il faut songer à mettre les acteurs qu’il faut et rompre avec cette idée qu’il faut avoir été un ancien ministre pour discuter de l’avenir du pays. Le mouvement populaire gagnerait à s’organiser avec les jeunes qui l’animent et non avec ceux qui le commentent de loin ou qui lui désignent une réalisation comme des oracles.

Le mouvement populaire, trop jeune et trop lourd pour se structurer, doit néanmoins s’organiser autour d’objectifs politiques qui nécessitent le consensus le plus large.Car toute la problématique se pose dans le comment s’organiser sans effriter le cadre unitaire qui fait la force du Mouvement populaire, avec bien entendu son caractère pacifique.

Il y a quelques jours, parce que la question a commencé à faire débat, j’ai suggéré que le Directoire du Hirak soit installé à Béjaia, parce que d’une part cette ville s’est imposée objectivement comme la localité qui a montré le plus de dynamisme dans le « Hirak » et d’autre part parce que toute révolution a besoin d’un cœur pour l’irriguer et l’animer. Cette suggestion a rencontré quelques réserves de certains, en considérant qu’elle va être interprétée comme une démarche régionaliste. Les réactions de glorification de la Kabylie pour sa position franche et courageuse , dans plusieurs régions du pays, montrent que cette appréhension peut être dépassée.

Néanmoins, cela ne doit pas empêcher d’aller vers une conférence régionale en Kabylie pour faire une proposition à l’adresse de tous les algériens. ça aura le mérite d’être clair, et de ne pas lorgner sur ce qui relève de notre spécificité et qui doit être intégré dans la transition démocratique. Chaque région pourra faire de même et arriver à terme à l’organisation des états généraux de la nouvelle Algérie sous le principe de chaque région par soi et l’Algérie par tous.

La reconnaissance de leadership politique de la Kabylie ne doit pas constituer un tabou. Si nous n’avons pas vocation à porter le combat de tous les algériens, nous sommes capables de mettre à profit de tous notre capital de luttes politiques, avec humilité et loyauté car aucune des grandes nation n’a été construite jusqu’ici sur le mensonge. Hamou Boumedine

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Mellah hocine Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mellah hocine
Invité
Mellah hocine

Réflexion engagée dans un scénario que seul le plus temeraire pourrait le démêler. Nous avions eu par le passé des exemples de luttes sous forme horizontal , mais dès que l’organisation devient verticale, le mouvement sombre dans la déconfiture. Sans citer ces cas, il faudrait plutôt continuer dans cette brèche ouverte avec ces marchés revendicatives sans oublier de laisser paraître des porte-paroles ISSUS du hirak. Exiger la libération des détenus d’opinions qui seront de fait les premiers représentants du hirak. Le pouvoir, ayant plus d’un tour dans sa poche, sera combattu avec ces armes qu’il a tenté de museler. L’avènement… Lire plus »

Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires