Connectez-vous avec nous

Actu

Grève générale : gare aux campagnes régionalistes sur la Kabylie !

Publié

le

L’appel à la grève générale lancé du 8 au 12 contre les élections présidentielles est fortement suivi en Kabylie et moyennement ou faiblement dans d’autres régions du pays. Cette situation a donné lieu à des conclusions hâtives et des raccourcis qui tendent à minimiser, voire à nier carrément la propension des habitants des wilayas arabophones à contester le système et à rejeter ses élections.

Les adeptes de ces visions régionalistes tendant à glorifier la Kabylie, notamment avec de débat sur le suivi de la grève générale, savent-ils seulement qu’ils jouent sur le même terrain que le régime qui a tendance à ethniciser les questions politiques pour diviser les Algériens et les Algériennes ?

Dos au mur, usé par un mouvement unitaire sans précédent, le régime incarné par Gaïd Salah, n’espérait pas mieux en effet qu’une division à caractère ethniciste kabyle-arabe, à la veille de ses élections rejetées, un plan pourtant maintes fois déjoué par le Hirak en scandant comme un seul homme « kabyles, arabes khawa khawa » aux quatre coins du pays quand des porteurs de drapeau amazigh ont été « criminalisés », ou encore en chassant les racistes Noureddine Khettal et Naïma Salhi de Djelfa.

N’avait-on pas pour rappel mis en doute, au tout début du hirak, la capacité de nos concitoyens arabophones à sortir dans la rue contre le 5e mandat, avant de les voir investir la rue par milliers, dans toutes les wilayas, et ce, jusqu’au dernier vendredi, reprenant en chœur le célèbre morceau « Pouvoir assassin » du très Kabyle Oulahlou ? Comment peut-on être si oublieux en l’espace de trois jours ?

L’adhésion à la grève générale ailleurs qu’en Kabylie obéit à plusieurs critères et paramètres qui dépassent de loin les lectures ethnicistes et réductrices et les discours régionalistes qui servent plus le système et ses tentatives de semer le chaos.

Par exemple, actuellement en France se déroule un mouvement social des personnels de transport suivi à 50% et on n’a pas entendu ou vu les grévistes traiter les non grévistes de traîtres ou se considérer comme des super citoyens ; ils poursuivent la lutte en espérant faire adhérer le maximum de travailleurs parce qu’ils savent, par expérience, que sans l’union du plus grand nombre, le gouvernement et les patrons ne céderont pas d’un iota.

Nier l’implication des wilayas arabophones dans le Hirak comme si la Kabylie avait une aptitude génétique à la révolte dont en seraient dépourvus les habitants des autres régions est une erreur.

Si c’était le cas, comment expliquer les millions de manifestants qui défilent dans les rues à Alger, Oran, Annaba, Skikda, Oued Souf, Adrar, El Taref, Djelfa, Tlemcen, pour ne citer que ces quelques wilayas. Ou alors comment expliquer la chasse aux candidats à l’élection présidentielle qu’on a pu voir dans plusieurs wilayas, les meetings annulés ou perturbés et les nombreuses arrestations de militants anti système enregistrées en dehors de la Kabylie ?

Certes, la Kabylie possède une longue tradition de lutte et un cumul d’expériences qui ont fait qu’elle a acquis des réflexes de militantisme et d’organisation particuliers qu’on ne trouve pas ailleurs. Mais que valent ces acquis s’ils ne sont pas exploités pour servir l’unité contre un système qui se nourrit de la division des rangs des Algériens et qui nourrit la discorde en les fils de l’Algérie ?

Le suivi du taux participation à l’actuelle grève générale est émaillé de manipulation et de fausse informations. Sur les réseaux sociaux circule tout et n’importe quoi. Il suffit qu’on publie une photo d’un café maure ouvert accompagnée de la mention « juste en Kabylie » pour qu’on crie à la trahison. Si le Hirak était organisé, il aurait pu avoir des informateurs fiables dans toutes les wilayas pour rapporter régulièrement des informations sur la grève et éviter que les fausses informations ne prennent le dessus sur ce qu’il y a réellement sur le terrain.

Les révolutions se perdent à cause de la trahison et les erreurs de jugement. Pour le cas du Hirak, la trahison n’a qu’un effet insignifiant vue l’ampleur de la détestation du système. Laisser la contre révolution triompher en si bon chemin à cause des erreurs de jugement serait dommageable.

Idir F.

4 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
4 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Mokrane
Mokrane
5 mois plus tôt

En Kabylie les contestataires sont conscients de la situation, encore aujourd’hui le 09.12, lors d’un rassemblement à Bejaia, les intervenants ont attiré l’attention sur cet aspect, le succès de la grève en Kabylie est justement attribué à l’experience et aux traditions de cette region dans l’organisation de ces actions et non au manque de volonté d’implication des autres regions, la recommandation etant de communiquer davantage et plus pour que dorenavent il y ait plus d’adhésion des autres regions et que la grève soit effective et suivie à l’echelle nationale pour un meilleur impact.

nh2
nh2
5 mois plus tôt

Bon article, mais attention dans le titre vous avez écrit GARS au lieu de GARE !

La Rédaction
Editeur
5 mois plus tôt
Reply to  nh2

Bonne pioche. Merci pour votre clairvoyance. On vous payera bien un café pour ça. Bonne journée à vous

Mellah hocine
Mellah hocine
5 mois plus tôt

Oui gare aux conclusions hâtives car l’histoire est un internel recommencement, puisque cette même kabylie s’est levée en premier contre le colonialisme pendant que d’autres régions disaient « wach bihoum zwawa maa l’gouer ». Rien d’étonnant sur ce qui se passe. Mais, au moins pour la mémoire des détenus d’opinions cette grève mérite son pesant d’or.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

4
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x