Connectez-vous avec nous

Actu

Essaïd Aknine victime d’une agression au consulat d’Algérie de Bobigny

Publié

le

La mafia qui gouverne l’Algérie n’est pas près de partir surtout qu’elle trouve toujours des serviteurs qui ne se gênent pas de maltraiter les opposants même en France, comme c’est le cas avec le militant Essaïd Aknine, victime d’une agression au consulat d’Algérie à Bobigny

Le militant humaniste Essaïd Aknine a été victime d’une agression ce samedi 7 décembre au consulat d’Algérie à Bobigny, en France, alors qu’il manifestait pacifiquement avec ses camarades contre l’élection présidentielle du 12 décembre. Voir vidéo ci-dessous.

Selon les militants qui l’accompagnaient, Essaïd Aknine était en train de manifester pacifiquement devant le consulat d’Algérie à Bobigny tôt vers 6h du matin, lorsqu’il a été victime d’une agression.

« Nous sommes venus pacifiquement avec nos slogans, nos pancartes, nos banderoles pour manifester devant le consulat. Ils l’ont agressé, il est par terre, on attend les pompiers depuis 15 minutes ! C’est ça l’Algérie de la issaba (le gang) », témoigne un des camarades de Essaïd Aknine.

Il aurait été agressé physiquement par des agents de sécurité qui travaillent pour le consulat d’Algérie, affirment certaines sources. Selon d’autres témoignages, ce sont des employés du consulat qui se seraient conduits en barbouzes et qui auraient voulu faire taire la voix du militant humaniste Essaïd Aknine.

Amélia G.

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Mansour Essaïh Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Mansour Essaïh
Invité
Mansour Essaïh

A Essaïd Aknine et à Maître Salah Debbouz j’adresse mes sentiments de sympathie les plus profonds. Je remercie le seigneur que le nervi du système a oublié la scie électrique (Al manchar) et d’autres instruments de boucherie à l’intérieur du consulat.
Une second vie pour Essaïd et Salah. Deux hommes qui ont voué leur existence à leur pays. Tant mieux pour le Hirak.

Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires