Connectez-vous avec nous

Actu

Présidentielle : que prépare Gaïd Salah en Kabylie ?

Publié

le

Un complot « ourdi par le MAK pour empêcher la tenue de l’élection présidentielle à Alger et en Kabylie » aurait été déjoué ! C’est le dernier scénario digne de la propagande nazie tout droit sorti des labos du pouvoir algérien et ses relais médiatiques.

A la veille de l’élection présidentielle rejetée pratiquement partout en Algérie, le pouvoir représenté par Gaïd Salah et ses relais médiatiques ne désespère pas de provoquer la fracture à partir de la Kabylie en essayant encore une fois de faire peur aux Algériens et gagner leur sympathie en leur jetant en pâture « l’ennemi intérieur kabyle ».

Pour diaboliser la Kabylie, les médias anti-hirak, répondant aux ordres du général-major Ahmed Gaïd Salah, relaient en boucle l’arrestation d’un jeune militant du MAK qui aurait tout avoué du plan de déstabilisation de l’Algérie en perturbant l’élection présidentielle ! Cet étudiant aurait aussi contacté un « diplomate étranger » à Alger avec qui il conspire contre les élections. Qui est ce diplomate ? A-t-il été convoqué ou arrêté ?

Visionnant cette vidéo (voir ci-dessus), on ne peut s’empêcher de penser à toutes ces fois où l’on a diabolisé la Kabylie pour faire peur à l’Algérie, comme cette Une d’Ennahar qui date… d’avril 2014 ! (Voir l’illustration de cette article).

Mais qui peut croire un tel mensogne venant d’un regime qui, il y’a une semaine encore, torturait des jeunes manifestants pacifiques dans les commissariats ? Combien sont les Algériens qui peuvent encore croire un régime qui tient toujours dans ses geôles Lakhdar Bourgaâ, un héros de la Guerre de Libération nationale respectable et respecté ?

Comment un système honni et vomi de tout le monde qui, après avoir ruiné le pays, pour rester en place, emprisonne des artistes, des médecins, des femmes, des journalistes, des syndicalistes… juste pour avoir exprimé une opinion contraire ? Comment ce régime qui kidnappe des opposants et les emprisonne pendant des mois loin de leurs familles peut-il croire avoir assez de crédibilité pour que les Algériens le préfèreraient lui à la rebelle et fière Kabylie ?!

Malgré les campagnes sans équivoque de fraternisation exprimées par les Algériens envers la Kabylie, force est de constater que le pouvoir n’a pas renoncé à son plan de diaboliser cette région d’où est partie l’étincelle du Hirak un certain 16 février à Kherrata.

Acculé par le rejet national et quasi unanime de la présidentielle qu’il veut imposer aux Algériens dans moins d’une semaine, le pouvoir rejoue désespérément la carte de la Kabylie en espérant l’isoler et diviser ainsi le Hirak, le fragiliser et enfin y mettre un terme.

Mais que se cache-t-il derrière cette énième attaque contre la Kabylie à l’aube du 12 décembre ? Dans sa logique de passage en force pour imposer une présidentielle largement rejetée par les Algériens, Gaïd Salah cherche-t-il à justifier un déploiement des militaires en Kabylie et à Alger où la tenue des élections est fortement compromise ? Ou cherche-t-il à y mettre le feu pour ensuite faire chanter les Algériens au chaos ?

Besoin d’un minimum de voix à Alger et en Kabylie pour valider son simulacre de scrutin, d’aucuns pensent que le commandement militaire cherche un prétexte pour déployer les forces armées dans ces régions à fort potentiel de rejet des présidentielles afin de dissuader toute tentative d’empêcher le vote d’avoir lieu. Le but recherché est de tout verrouiller pour pouvoir, à l’aide des caméras de l’ENTV et des chaînes inféodées à Gaïd Salah, y simuler des scènes de vote avec des militaires déguisés en civil pour faire croire à un scrutin normal.

Cette lecture tient la route surtout si on se fie aux derniers discours du général Gaïd Salah où il dit avoir adressé des instructions à l’armée et à l’ensemble des services de sécurité pour veiller au bon déroulement du vote le 12 décembre. Autre signe, le passage récemment d’unités de l’ANP aperçues par des citoyens en Kabylie comme, il y a une semaine, à Seddouk, à 90 km au sud de Béjaïa, ainsi que des renforts de CRS dépêchés dans plusieurs communes.

Voulant se recycler à tout prix, le pouvoir joue encore avec le feu en jetant la Kabylie à la vindicte. Si de tels desseins ont été déjoués grâce à la vigilance et à la conscience des Algériens, qui sait quel plan diabolique le pouvoir a encore dans son escarcelle ? La vigilance est de mise.

Idir F.

2 Commentaires
S'abonner
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Fayek
Fayek
7 mois plus tôt

À force de mentir le peuple à mûri

Hadym marbenmann
Hadym marbenmann
7 mois plus tôt

Pourquoi vous ne citez pas le nom de l’ambassadeur et son pays. Je vous les donne il s’agit de Ehud Cohen ambassadeur d’Israël à Alger. C’est lui qui a contacté l’étudiant et lui a remis 2 millions € et 200 fusils uzi

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires

2
0
J'adorerais vos pensées, veuillez commenter.x
()
x