Connectez-vous avec nous

Chronique

Ahmed Gaïd Salah, le protecteur répressif

Publié

le

Voilà que le général Ahmed Gaïd Salah, le vice-ministre de la Défense le plus puissant du monde, promet de ne point lancer la troupe aux trousses du peuple. Le même peuple qui vient de lui signifier dans la rue, pour l’ensemble de son œuvre répressive, de dégager, lui et sa «bande».

C’est une constante chez les dictateurs, comme Gaïd Salah : en même temps qu’ils violentent leur peuple, ils jurent, la main sur le coeur, que leur main qui frappe lourdement, et fort souvent aveuglément, n’aspire qu’à le protéger contre la menace extérieure, «l’ennemi de l’intérieur» et parfois contre lui-même !

Il est de notoriété publique que le peuple, mineur à vie, ne sait pas défendre ses intérêts et que, fort heureusement, le despote du moment est là, au moment opportun, pour intimer à ses vassaux ce qui est de bon ton d’accomplir, dans chaque geste du quotidien, pour le bien suprême de la Nation.

Les canaux de propagande au service de «l’éclaireur» délivreront, en continu, le message formaté à l’aune d’un patriotisme exclusif qui ne saurait tolérer aucune «dérive» de type identitaire : rassure-toi brave peuple, c’est pour mieux défendre ton unité que le Grand Timonier de foire embastille de «dangereux» porteurs d’emblèmes amazighs !

Monsieur Ahmed Gaïd Salah – je refuse de vous nommer général car ce titre est synonyme d’honneur et de probité dans toute armée qui obéit à un pouvoir civil -, vous faites montre de grande violence contre le peuple chaque jour que Dieu fait : lorsque vous le menacez de vos foudres s’il boude les urnes de votre présidentielle cousue main, vous emprisonnez ceux qui s’opposent courageusement à vos fantasmes de pouvoir absolu, vous poursuivez quelques auteurs présumés de crimes économiques tout en mettant à l’abri d’autres prédateurs qui se comptent dans les rangs de votre famille proche, vous compromettez le devenir des générations futures en bradant les richesses minières du pays.

Alors, sans surprise, le peuple vomit votre nom dans la rue et vous enjoint, à chaque rassemblement, de partir, vous et toute la bande mafieuse qui prenez en otage les espoirs de l’Algérie.

Si, dans un repli épargné de votre conscience, il vous reste quelque fierté, répondez aux cris stridents du peuple : partez, dégagez car c’est le meilleur service que vous pouvez lui rendre !

Saïd Kaced

2 Commentaires

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
2 Commenter les auteurs
Kacem AbRac benh Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Rac benh
Invité
Rac benh

L’Algerie n’est pas seulement la grande poste à Alger. Le reste de l’Algérie est majoritairement avec l’Armée et pour les élections.
Donc, respectez ceux qui ont un avis différent du votre.
Le 12/12 nous servira de référendum.

Kacem Ab
Membre

Que ni ni sahbi et c’est bien triste de soutenir de tels tirants. La réalité est tout autre, car le peuple est majoritairement uni, dans sa quête à une liberté totale et définitive, contre ce pouvoir représenté par une bande mafieuse sans foi ni loi soutenu hélas depuis l’étranger pour des intérêts allant au-delà des aspirations de tout un peuple. Il est plus que temps, que les vautours charognards bedonnants s’en aille.
Le peuple Algérien restera debout tel un seul homme, bien vigilant pour son avenir, sans courber l’échine et quitte à en payer le prix.

Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires