Connectez-vous avec nous

Actu

Scandale au tribunal : 2 ans de prison requis pour port de drapeau amazigh

Publié

le

La criminalisation de l’identité amazighe est en marche. Le tribunal de Sidi M’hamed a requis 2 ans de prison contre 8 porteurs de drapeaux amazighs.

Donc deux ans de prison ferme et 100 000 DA d’amende sont demandés comme châtiment suprême par le tribunal de Sidi M’hamed contre des manifestants pacifiques arrêtés en flagrant délit d’amazighité, selon la justice version Belkacem Zeghmati.

Il y a comme une dérive gravissime. Et l’histoire retiendra que le tribunal de Sidi M’hamed a prononcé une réquisition scandaleuse contre des jeunes manifestants dont le seul tort est de revendiquer l’identité amazighe en Algérie.

Mais l’arbitraire tombe comme une pluie de plomb sur le pays et ne touche pas seulement l’identité amazighe. Cela, les Algériens l’ont compris depuis que le généralissime Gaïd Salah a décidé avec ses compères de démanteler le mouvement révolutionnaire qui secoue l’Algérie. Têtes pensantes et petites mains du mouvement sont embastillées, arrêtées et condamnés sous de fallacieuses accusations.

Ainsi nous avons appris que ce lundi le jeune militant du Hirak Mohamed Tadjadit a été arrêté par des policiers en tenue civile devant le tribunal Sidi Mhamed et embarqués:

A l’heure où nous écrivons nous n’avons pas la totalité des informations sur le déroulement de ce procès qui touche 42 détenus.Certains d’entre eux sont en prison depuis le vendredi 21 juin.

Selon les informations rendues publiques par le Comité national pour la libération des détenus d’opinion, les détenus concernés par ce procès sont les suivants :

Samira Messouci, Elhadi Kichou, Amokrane Challal et Aouissi Mustapha Hocine,.

Ils ont été arrêtés lors de la marche du vendredi 28 juin à Alger, et accusés d’atteinte à l’unité nationale pour avoir brandit le drapeau amazigh, rappelle le CNLD. Bareche Hafid, Agouazi Mohamed, Darouiche Alaa, Batlis Bakir, Azougui Arezki”, ainsi que Chami Arezki, Khebani Abdelbasset, Acherfouchf Amar, Belhoul Mohand Ameziane, Bounouh Nabil , Yahiaoui Hilal et Boualouache Kamel”, arrêtés le même vendredi, sont également concernés par cette programmation.

Les détenus Smail Chebili, arrêté vendredi 27 septembre pour la même accusation, est prévu aujourd’hui aussi. 

Dahmani Nour Elhouda, étudiante en droit à la faculté de Said Hamdine, Yasmine, Belaifa Fatifa, sous contrôle judiciaire seront également jugées ce même lundi.  Même Maati Salah, malade mental à 100%, transféré à l’hôpital psychiatrique de Frantz Fanon sur ordonnance du 10/10/2019, devait passer devant un juge. C’est dire !!!

Les procès Bacha Abdelkader, Dechicha Fazil, Ghimouz Akram, Benzine Kheiredine”, Ihadadene Islam, Belkacem Karim, Kasmi Zinedine, Ayad Yakoub, et Bouanane Razane, sous contrôle judiciaire depuis le 1erjuillet, étaient eux aussi programmés au même tribunal.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

Populaires