Connectez-vous avec nous

Société

France: le gouvernement Philippe veut une immigration « choisie »

Publié

le

« Quotas » de professionnels qualifiés d’un côté, lutte contre l’immigration irrégulière en durcissant l’accès aux soins de l’autre, Édouard Philippe a défendu « un juste équilibre » en présentant ce mercredi 6 novembre son plan immigration critiqué jusque dans les rangs de la majorité.

Édouard Philippe a confirmé ce mercredi que seront débattus chaque année au Parlement à partir de 2020 « des objectifs quantitatifs ou des quotas » sur l’immigration économique, par secteur d’activité et de « manière territorialisée ».

« Des objectifs quantitatifs ou des quotas, les deux termes me vont », a déclaré le Premier ministre en référence au débat sémantique sur le sujet. « Nous avons décidé d’avoir des quotas ou des objectifs quantitatifs exclusivement dans le cadre de l’immigration professionnelle, pas dans le cadre du droit d’asile ou du regroupement familial », a insisté Édouard Philippe. « Nous ne réfléchissons pas en termes de nationalité mais en termes de compétences », a-t-il martelé.

« Un pilotage par objectif qualitatif »

Ces quotas pour le recrutement de travailleurs étrangers ne seront cependant pas limitatifs. « C’est un pilotage par objectif quantitatif, cela n’a pas de sens à l’unité près. On peut imaginer une fourchette », sur le nombre de couvreurs à recruter par exemple, a expliqué le Premier ministre.

« Même en période de plein emploi, il existe toujours des postes vacants « , a dit la ministre du Travail Muriel Pénicaud, rappelant qu’une entreprise sur deux dit actuellement avoir des difficultés de recrutement. « Le sujet n’est pas quantitatif mais qualitatif », a-t-elle ajouté, soulignant que l’immigration économique est « assez faible » (33 502 titres de séjour en 2018, soit 13% du total).

« Est ce que l’on rend l’octroi d’un titre de travail plus simple, plus facile et plus planifié par rapport aux besoins de l’économie je pense qu’il faut dire oui. Après, combien ? Je pense que c’est un débat citoyen » souligne.Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef sur les quotas d’immigration.

Le gouvernement a aussi confirmé l’objectif d’ici 2027 du « doublement du nombre d’étudiants ». La France compte 325 000 étudiants étrangers, selon des documents budgétaires pour 2020.

Tour de vis sur la protection maladie

En revanche, le gouvernement prévoit aussi un tour de vis envers l’immigration clandestine. La protection maladie va être réduite de 12 à 6 mois pour les déboutés et les sans-papiers. Le gouvernement a également confirmé sa volonté de lutter contre les fraudes à l’aide médicale de l’État (AME), qui bénéficie aux sans-papiers, ainsi que l’instauration d’une période de carence de trois mois pour l’accès aux soins des demandeurs d’asile.

De son côté, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a promis l’ouverture de trois nouveaux centres de rétention ainsi que 16 000 nouvelles places d’hébergement pour les réfugiés. Il a également annoncé que les campements de migrants insalubres du nord-est parisien, où se trouvent entre 1 500 et 3 000 exilés, seront « évacués avant la fin de l’année ». RFI

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires