Connectez-vous avec nous

Actu

Des porteurs de drapeaux amazighs jetés en prison

La Rédaction

Publié

le

De nouvelles arrestations ont eu lieu à la faveur des immenses marches du vendredi 1er novembre. L’arbitraire a sévi dans les tribunaux.

Une dizaine d’entre eux ont été présentés devant les juges ce dimanche 3 novembre.

Le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed a ordonné le placement sous mandat de dépôt de quatre manifestants: Raouf Raïs, Yebou Ali, Faycal Ghanem et Messaoudi Khellaf, annonce le comité national pour la libération des détenus d’opinion.

Par ailleurs, le même tribunal a placé ce dimanche sous contrôle judiciaire cinq autres manifestants: Messaoudene Said, Zarrouk Fateh, Omari Adel, Hathout Ahmed Ramzi et Haddadene madjid , ce dernier arrêté le jeudi 24 octobre à Alger. Tous ces manifestants sont poursuivi pour port du drapeau amazigh.

Pour toujours port de drapeaux amazigh, le juge d’instruction près le tribunal d’El Harrach place sous contrôle judiciaire les deux manifestants Cheballah Mohand et Cheballah Lounes. 

Le procureur du tribunal de Dar El Beida a relâché le manifestant Khelifa Bourezg et sera présenté devant le juge le 24 novembre au même tribunal. Son tort ? Le port de pancartes et slogans du hirak, poursuit la même source.

Le juge du tribunal de Sidi M’hamed a relâché Rabah Bouslat et Abdelghani Bellil, après comparution direct. Ils ont été arrêtés à la marche du 1er novembre pour d’autres raisons que le port du drapeau amazigh.

Le tribunal de Baïnem a remis, selon le comité national pour la libération des détenus, en liberté l’activiste Youcef Belourghi qui a été arrêté et présenté devant le juge pour incitation à attroupement.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Publicité
Coronavirus dans le monde

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

A La Une

Articles récents

Coronavirus en Algérie

Populaires