Connectez-vous avec nous

Actu

Face à l’impasse du hirak : auto-organisation et grève générale !

Publié

le

C’est vrai que tous ceux qui rêvent d’un autre monde sont émerveillés par le mouvement populaire en cours en Algérie.

Il faut bien admettre que le hirak est dans l’impasse et que seule l’auto-organisation des travailleurs et des travailleuses et surtout la grève générale peuvent placer le mouvement sur la voie de la victoire. Voyons un peu les choses de façon plus franche !

Le mouvement populaire du 22 février déclenché suite à la candidature de Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat a émerveillé le monde entier de par sa détermination et son pacifisme.

Mais on doit savoir que ce n’est pas le 5° mandat à lui seul qui a poussé les masses sur la voie de ce merveilleux mouvement que connaît l’Algérie depuis le mois de février et qui ne semble pas près de connaître l’essoufflement.

En effet, au-delà du refus d’un 5e mandat humiliant, les masses sont sorties dans les rues, car elles ont eu ras-le-bol de la misère sociale, de l’incertitude quant à l’avenir, de la hogra, etc.

Depuis février, le mouvement populaire a connu de grandes mobilisations avec des pics à certaines occasions, comme cela a été le cas en ce 1er novembre. Les masses étaient et sont toujours déterminées à faire dégager le système, avec l’espoir que cela arrive comme par enchantement !

Mais ces mobilisations suffiront-elles à elles seules à imposer le changement tant voulu ? Malheureusement non ! Il faut admettre que le mouvement est face à une impasse. En dépit des fortes mobilisations que le mouvement populaire a connues, le changement n’a pas eu lieu car les masses ne se sont pas auto-organisées et les travailleu(se)rs ne se sont pas engagés en tant que classe sociale.

Hirak : seule l’auto-organisation des travailleurs

Mais on peut toujours changer les choses, on peut mettre fin à ce système, avec son gouvernement et ses institutions illégitimes, on peut réaliser nos aspirations démocratiques et sociales !

Mais pour cela, les travailleurs, les travailleuses, les chômeu(se)rs, les étudiant(e)s, les femmes et toutes les catégories sociales doivent agir de manière collective dans le hirak s’engager sur la voie de l’auto-organisation, en élisant des comités là où nous vivons, là où nous travaillons, en faisant grève de manière active et organisée afin de paralyser l’économie et par la même occasion paralyser le système, qui continue toujours de brader les richesses du pays et se remplir les poches.

Notre issue, l’issue du hirak est dans l’auto-organisation des travailleurs et dans la grève générale ! Avec l’implication de toutes les catégories sociales, surtout les travailleurs et les travailleuses toutes ces catégories doivent faire jonction de leurs luttes et imposer l’élection d’une Assemblée constituante souveraine, qui réalisera les aspirations démocratiques et sociales de tous les démunis.

Titi Haddad

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires