Connectez-vous avec nous

Actu

L’appel de Sadek Akrour à l’auto-organisation et à la grève générale

Publié

le

Sadek Akrour, maire PST (Parti socialiste des travailleurs) de la commune de Barbacha, à Béjaïa, revient dans cet appel sur la nécessité de l’auto-organisation et de la préparation de la grève générale.

À nos amis de l’APN qui parlent de leurs propositions devant le peuple, je dis : foutez-nous la paix ! Démissionnez de l’APN et là vous pourrez parler. Qu’ils démissionnent du Sénat et qu’ils viennent marcher avec le peuple.

La Constitution actuelle est dépassée. Le peuple l’a rejetée ! Il faut bâtir une nouvelle Constitution. Il ne faut pas juste demander le départ du système, il faut s’en débarrasser à la racine !

Le système c’est aussi ceux qui le maintiennent : Gaïd Salah est connu, Bensalah et Karim Younès aussi, mais il y a peut-être des centaines, des milliers de personnes qui sont derrière Karim Younès, qui lui font les yeux doux.

Ceux-là aussi sont « le système ». Face à ça, il faut que le peuple s’organise, qu’il mette en place des comités de quartiers, des comités de village.

Ça fait maintenant six mois qu’on lutte, chanter dans les rues ne suffit pas. Il faut qu’on prenne le temps de se parler, d’échanger, il faut faire le point, discuter de ce que l’on veut.

Si les gens veulent radicaliser le mouvement, il faut ajouter la journée du mardi. Il faut arrêter le travail !

De la Grève générale !

Ceux qui disent « grève générale illimitée », nous leur répondons qu’il serait déjà bien de gagner la journée de mardi. Si on réussit à faire une grève générale et une marche le mardi, on passera à des grèves de deux, trois jours, et pourquoi pas illimitée. La grève générale se construit avec les travailleurs dans les usines, dans les quartiers, avec les petits commerçants, etc. ce n’est pas une proclamation mais une construction. Ceux qui appellent à la désobéissance civile, nous leur demandons de bien comprendre d’abord ce que ça signifie. Et si nous en avons les moyens, alors tant mieux.

La désobéissance civile !

Mais on ne va pas envoyer les gens à leur perte, c’est un mouvement pacifique. La désobéissance civile est une confrontation qui nécessite un niveau d’organisation qualitativement supérieur.

Eux nous provoquent à l’image de Gaïd Salah qui annonce des élections, qui menace, qui ordonne des arrestations, etc. Mais ils s’organisent, ils savent ce qu’ils font pour assurer la continuité du système libéral et autoritaire.

Tandis que nous, on ne s’organise pas à la hauteur du rapport de force que nécessite la situation ajoutant à cela l’inconséquence des syndicats qui ne mobilise pas les secteurs ouvriers. On marche, c’est bien, il y a plus de monde que les journées précédentes, c’est très bien mais ce n’est pas assez. Il faut nous auto-organiser.

Qu’est-ce que l’auto-organisation ?

C’est se rassembler dans les quartiers, les villages, les usines, les universités, les lycées, l’endroit où on vit, où on travaille, où on étudie, pour débattre entre nous et trouver des solutions. J’appelle au débat. À l’exemple de la question immédiate des détenus qui nécessite une solidarité : comment se solidariser avec leur famille ? Si on nous apprend que les membres du gouvernement ont pris l’avion pour s’enfuir, qu’est-ce qu’on fera de ce pays ? A t-on un gouvernement provisoire pour faire face à une telle vacance de pouvoir ?

Donc il vaut mieux qu’on s’organise dès maintenant, pour imposer l’élection d’une Assemblée Constituante souveraine représentative des intérêts démocratiques et sociaux des masses populaire. Il ne faut pas retourner en arrière. Pour y arriver, il faut commencer par notre secteur. Dans notre village, dans notre quartier, nos lieux de travail, nos communes et wilayas et enfin nationale.

Sadek Akrour

Source : texte repris du site du Parti socialiste des travailleurs

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires