Connectez-vous avec nous

Actu

Kamel Daoud nie avoir été condamné pour violence contre sa femme

Publié

le

C’est choquant comme information : Kamel Daoud, chroniqueur au Quotidien d’Oran en Algérie et dans plusieurs journaux européens, se fait condamner par la justice algérienne pour violence contre sa femme ! Si l’information venait à être confirmée, ce serait un camouflet pour Kamel Daoud connu pour être un défenseur des droits de la femme.

Le chroniqueur et écrivain Kamel Daoud a démenti sur son compte tweeter cette information de violence contre sa femme qu’il qualifie de « propos diffamatoires » et compte saisir la justice contre « un journal électronique ».

« Des propos diffamatoires ciblés sur ma personne circulent sur les réseaux sociaux, portés par un journal électronique. Une plainte sera déposée demain », lit-on dans le tweet du chroniqueur vedette.

Mais de quoi s’agit-il au juste ? En effet, selon le site d’information en ligne « Algérie toute heure », le chroniqueur Kamel Daoud aurait été condamné pour violence sur son ex-femme par le tribunal d’Oran. Une information reprise allègrement par la presse islamiste.

Il s’agirait d’une ancienne affaire qui remonterait à février 2016, lorsque l’ex-femme de Kamel Daoud, une certaine « E. H. Nadjet », aurait déposé plainte contre lui pour « coups et blessures volontaires et usage d’arme ».

Selon ce site d’information, Kamel Daoud et E. H. Nadjet se seraient mariés en 2000, auraient eu deux enfants et se seraient séparés en 2009. Le couple se serait remarié en 2015 pour se séparer en 2016, et l’épouse aurait obtenu la garde des enfants et le logement conjugal.

« En date du 04-12-2016, la plaignante déclara devant les services de police qu’elle avait appelé son ex-époux, sur son téléphone portable, et elle fut surprise d’avoir sa petite fille, âgée de 7 ans, qui lui annonce qu’elle est chez son père. La plaignante décidera alors d’aller chercher sa fille, et elle fût accueillie par Kamel Daoud, qui lui réservera un accueil des plus humiliants en la frappant sans cesse, la menaçant avec une arme prohibée, lui volant sa chaîne d’or, et la jetant en dehors du domicile, selon ses dires », rapporte le site « Algérie toute heure ».

Convoqué par la police, Kamel Daoud aurait nié en bloc les accusations de violence portées contre lui pas son ex-femme. Lors du procès du 19 juin 2018, Kamel Daoud a été condamné par contumace à une année de prison ferme et 20 000 DA d’amende, sachant que le Ministère public avait requis à son encontre deux années de prison ferme et 20 000 DA d’amende, rapporte toujours le même site.

La presse islamiste s’est vite emparé de cette affaire pour instruire le procès de Kamel Daoud et défendre la place de la femme dans l’islam et dans le monde musulman.

I. Farès

1 Commentaire

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses au fil
0 Les abonnés
 
Commentaire le plus réagi
Fil de commentaire le plus chaud
1 Commenter les auteurs
Antiregionalist Commentaires récents des auteurs
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Antiregionalist
Invité
Antiregionalist

Void Vous êtes démocrate kabyle? Un homme qui frappe sa femme doit être en prison.

Publicité

A La Une

Articles récents

Populaires