Connectez-vous avec nous

Actu

Hirak : le PST pour l’unité démocratique, antilibérale et anti-impérialiste

Publié

le

Le Parti socialiste des travailleurs (PST) estime, dans une déclaration rendue publique ce lundi 21 octobre, que l’évolution du hirak « pourrait susciter l’unité des forces politiques et syndicales se réclamant du combat de la classe ouvrière autour d’un projet commun radicalement démocratique, antilibéral et anti-impérialiste ».

Le PST estime qu’après la mobilisation du hirak contre la loi de finances et celle sur les hydrocarbures, il est possible de construire un projet politique unitaire démocratique, antilibéral et anti-impérialiste.

« On peut espérer que la mobilisation populaire du 13 octobre constitue un tournant et une évolution qualitative de notre Hirak. Elle pourrait susciter l’unité des forces politiques et syndicales se réclamant du combat de la classe ouvrière autour d’un projet commun radicalement démocratique, antilibéral et anti-impérialiste », lit-on dans la déclaration du PST.

Pour le PST, il s’agit d’un « projet politique » qui allie « combat pour les libertés démocratiques, contre la répression et pour la libération des détenuEs d’opinion » et mobilisation des « travailleurs et des masses populaires contre la continuité du régime et ses politiques libérales désastreuses sur les plans économique et social ».

C’est un projet qui imposera un nouveau rapport de force politique permettant l’élection d’une Assemblée constituante souveraine représentative des aspirations démocratiques et sociales, estime le PST.

Le 13 octobre, un moment historique

Revenant sur la forte mobilisation du dimanche 13 octobre dans plusieurs villes, notamment à Alger devant le siège du Parlement, pour dénoncer la nouvelle loi sur les hydrocarbures et les dispositions de la loi de finances 2020, le PST considère que « c’est un moment historique de notre Hirak ».

« Nous avions scandé avec force notre opposition au pouvoir de fait actuel, illégitime et illégal, et ses politiques libérales, antinationales et antisociales. Nous avions dénoncé clairement toute tentative de bradage de nos richesses nationales, au profit des puissances impérialistes étrangères, ainsi que toute tentative de remise en cause de notre souveraineté et notre indépendance nationales », lit-on dans la déclaration du PST.

Pour le PST, le pouvoir cherche à « assurer sa continuité à travers la présidentielle du 12 décembre » et à imposer « sa politique d’austérité et ses réformes de misère ».

Le hirak, c’est le rejet des politiques libérales

Le PST estime qu’après « cette formidable mobilisation, plus personne ne nous dira que ce n’est pas le moment de hurler nos revendications économiques et sociales » et que le « rejet du 5e mandat ne se réduit pas au rejet de l’humiliation et de l’autoritarisme » du régime Bouteflika.

« C’est un rejet des politiques libérales économiques et sociales qui profitaient à une minorité de patrons et d’oligarques. C’est le rejet du chômage de masse, de la généralisation des CDD et de la précarité de l’emploi, des salaires de misère (…) et du travail au noir chez le privé, non déclaré à la sécurité sociale, le rejet du manque de logements, d’hôpitaux, d’écoles et des autres infrastructures sociales, le rejet de la corruption généralisée, du détournement et la dilapidation des deniers publics et du bradage des richesses nationales au profit des multinationales », écrit le PST.

Le hirak, « c’est le rejet du système libéral, autoritaire et oppressif qui a généré les plus grandes inégalités sociales et provoqué le mal de vivre et le désespoir de la jeunesse », estime le PST qui insiste sur l’urgence d’un projet démocratique, antilibéral et anti-impérialiste.

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

Populaires