Connectez-vous avec nous

Actu

Les Libanais toujours mobilisés contre le pouvoir

Publié

le

Hommes, femmes et enfants ont convergé en grand nombre dimanche vers le centre de Beyrouth, au quatrième jour d’un mouvement de contestation sans précédent au Liban qui réclame le départ de la classe politique accusée de corruption et de népotisme.

Le mouvement qui a gagné de nombreuses villes du pays a été déclenché de manière spontanée jeudi par l’annonce d’une taxe sur les appels effectués via WhatsApp dans un pays à l’économie exsangue. Une décision annulée aussitôt sous la pression de la rue.

Mais les manifestations n’ont pas cessé depuis, jour et nuit.

Et tard samedi soir, le parti chrétien des Forces Libanaises, allié du Premier ministre Saad Hariri, a annoncé la démission de ses quatre ministres, car selon lui le « gouvernement n’est pas en mesure de prendre les mesures nécessaires pour sauver la situation ».

Mais les manifestations n’ont pas cessé depuis, jour et nuit.

Et tard samedi soir, le parti chrétien des Forces Libanaises, allié du Premier ministre Saad Hariri, a annoncé la démission de ses quatre ministres, car selon lui le « gouvernement n’est pas en mesure de prendre les mesures nécessaires pour sauver la situation ».

De Tripoli et Akkar, dans le nord, à Baalbeck dans l’est en passant par de nombreuses localités côtières et jusqu’à Tyr et Saïda dans le Sud, les manifestations ont gagné de l’ampleur.

Arborant des drapeaux libanais, les manifestants ont défilé aux cris de « Révolution, révolution » ou « le peuple veut la chute du régime », slogans phares du Printemps arabe. Nombreux parmi eux ont chanté et dansé.

A Tripoli, une ville pourtant conservatrice, la foule massée place al-Nour a dansé au rythme d’une musique animée par un DJ et diffusée via haut-parleurs.

Fait aussi rare que marquant, le mouvement de contestation a gagné des fiefs des puissants mouvements chiites Hezbollah et Amal.

Fermées depuis vendredi, les banques resteront fermées lundi, selon l’agence nationale d’information (ANI).

Lundi aussi expire l’ultimatum lancé par M. Hariri qui a donné 72 heures à sa fragile coalition gouvernementale pour approuver ses réformes, insinuant qu’il pourrait démissionner.

Alors que plus du quart de la population libanaise vit sous le seuil de pauvreté, selon la Banque Mondiale, la classe politique, quasi inchangée depuis la guerre civile (1975-1990), est accusée d’affairisme dans un pays aux infrastructures en déliquescence -pénurie chronique d’électricité et d’eau potable- et où la vie est chère. La dette publique culmine à plus de 86 milliards de dollars, soit plus de 150 % du PIB. AFP

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

Populaires