Connectez-vous avec nous

Actu

Appauvrissement des retraités : le gouvernement gèle son projet

Publié

le

Le gouvernement Gaid Salah – Bensalah- Bedoui voulait transformer les retraités les plus démunis en mendiants. Il a suffit que quelques milliers de retraités se rassemblent devant les caisses d’Algérie-Poste, que la fédération UGTA fronce les sourcils, que certains syndicats autonomes disent non et que la marée humaine de vendredi dernier en fasse autant, pour que le ministre du Travail gèle ses projets de mesures. C’est une victoire.

Le ministre du Travail du gouvernement Gaid Salah – Bensalah – Bedoui a reculé devant la menace de la mobilisation des 3,5 millions de retraités et des travailleurs en activité mais la vigilance reste de mise car ces mesures qui devaient s’appliquer dès le 1er janvier prochain pourraient l’être plus tard. Elles ne sont pas abandonnées mais seulement retardées

S’attaquer aux retraites, à d’autres acquis sociaux, « recoloniser » l’économie algérienne sont des recommandations du FMI et de la Banque mondiale. Le projet de loi de finances 2020 codifie tous ces objectifs. L’élection présidentielle prévue le 12 décembre prochain cherche à perpétuer le système pour que se mettent en œuvre tous ces plans anti ouvriers et anti nationaux.

Tout, absolument tout est lié. Les millions de manifestants de vendredi dernier, les centaines de milliers d’étudiants qui sont sortis ce mardi (de plus en plus accompagnés par des travailleurs et des retraités) l’ont clairement indiqué en scandant dans un même mouvement : « Non à l’élection présidentielle ! Non à la LF2020 ! Non à la loi sur les hydrocarbures ! Non à la remise en cause du système de retraite ! »

Le retrait par le gouvernement des mesures qui devaient s’attaquer aux petites retraites est le résultat de l’émoi qui s’est transformé en actions des retraités eux-mêmes et aux prises de positions des organisations syndicales. Leurs prises de positions ont été à ce moment une rupture obligée, quelles que soit leurs intentions conscientes, d’avec le gouvernement et l’impérialisme. Elles ont constitué un appel d’air à l’accentuation de la mobilisation sur les autres plans. Dimanche le pays a connu une mobilisation exceptionnelle contre le projet de loi sur les hydrocarbures. Une mobilisation à l’origine des nombreuses prises de positions demandant « le report de la présentation du projet de loi sur les hydrocarbures», notamment du FLN et du RND et de très nombreux experts.

Cette mobilisation populaire a contraint la puissante fédération UGTA du pétrole, du gaz, et de la chimie à se prononcer « pour l’urgence d’attendre ».

Le bras du gouvernement peut être arrêté, sur tous ses projets, notamment celui consistant à appauvrir les retraités, si les organisations syndicales rompent avec les décideurs, réalisent leur unité pour appeler et organiser la grève générale pour en finir avec le régime, la satisfaction de toutes les revendications démocratiques et sociales, pour dire « Non à l’élection présidentielle du 12 décembre ! Boycott du scrutin ! Non à la recolonisation de notre économie ! Non à la remise en cause de nos acquis sociaux !»

Cliquez pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Publicité

Populaires